À Mulhouse, le street artiste Andrea Ravo Mattoni réalise une fresque géante en s'inspirant d'un chef d’œuvre de la peinture classique

Le street-artiste italien a fait de la reproduction d’œuvres classiques sa spécialité. Son credo : créer un pont entre le passé et le présent. 

L\'artiste italien Andrea Ravo Mattoni en train de reproduire \"L\'art et la littérature\" de William Bouguereau 
L'artiste italien Andrea Ravo Mattoni en train de reproduire "L'art et la littérature" de William Bouguereau  (France 3 Alsace)

Cinq jours de travail et 150 bombes de peinture ont été nécessaires à Andrea Ravo Matonni pour réaliser cette reproduction géante d'une toile de William Bourguereau (1825-1905), L'art et la littérature (1867), exposée à New York. Désormais, c'est sur la façade d'un parking de Mulhouse que l'on peut l'admirer. Et d'ailleurs, c'est le parking tout entier qui est dédié au street-art. 

Une allégorie de l'art et de la littérature, un thème cher à l'artiste italien. Passionné par la peinture classique, Andrea Ravo Mattoni a grandi dans une famille d'artistes. Sa marque de fabrique : reproduire les chefs-d'oeuvres des plus grands peintres en version fresque urbaine. Avec un objectif : faire découvrir les oeuvres classiques au plus grand nombre. "Ce que je veux, c'est créer des ponts entre les institutions, le patrimoine artistique et la rue", explique-t-il "Sans le patrimoine artistique, l'Humanité n'existe pas"

Les grands maîtres en version street-art

Une vision qui séduit. Andrea Ravo Mattoni collabore à travers le monde entier avec des institutions, des villes et des musées. De Delacroix au Caravage, en passant par Léonard de Vinci, les toiles des grands maîtres sont réinterprétées et transposées en fresques urbaines. 

Une version de \"Jeune orpheline au cimetière\" (1824) d\'Eugène Delacroix. Une oeuvre réalisée à paris en 2018 par Andrea Ravo Mattoni. 
Une version de "Jeune orpheline au cimetière" (1824) d'Eugène Delacroix. Une oeuvre réalisée à paris en 2018 par Andrea Ravo Mattoni.  (ETIENNE LAURENT / EPA)

UNe création de l\'artiste Andrea Ravo Mattoni à Bruxelles en novembre 2018, à l\'occasion de la manifestation \"Strokar Inside\". 
UNe création de l'artiste Andrea Ravo Mattoni à Bruxelles en novembre 2018, à l'occasion de la manifestation "Strokar Inside".  (JULIEN WARNAND / EPA)

Le projet Graffitipolis de Mulhouse

C'est la première fois qu'Andrea Ravo Mattoni participe à un projet de création à Mulhouse. C'est Orlinda Lavergne, à la tête d'une galerie dédiée à l'art urbain qui a encadré ce projet, baptisé Graffitipolis. Car si Mattoni a travaillé sur la façade, c'est en fait tout le parking de ce cinéma à l'entrée de la ville qui est dédié au street-art. Un terrain de jeux idéal pour les artistes, invités à s'exprimer sur les murs. Un musée à ciel ouvert qui vaut le détour.