Portrait(s) : le nouveau voyage photographique de Vichy

La ville thermale organise tout l'été la septième édition du festival dédié à l'art du portrait.

\"Alice, dans un train\" Nord Caucase, Russie, 2015 - Série photo de Turkina Faso présentée au festival Portrait(s) de Vichy 
"Alice, dans un train" Nord Caucase, Russie, 2015 - Série photo de Turkina Faso présentée au festival Portrait(s) de Vichy  (Turkina Faso)

Vichy, dans l'Allier, prend des airs de galerie à ciel ouvert. Jusqu'au 8 septembre 2019, le festival Portrait(s) donne carte blanche à huit photographes. "Ces artistes qui viennent de toute la planète offrent une variété de regards. Leurs portraits nous montrent la différenciation du monde", explique Karim Boulhaya du Service culturel de la ville de Vichy. La déambulation se déroule dans la rue et dans plusieurs lieux culturels de la ville thermale.

Olivier Culmann, selfies, Egaux / Egos 

À découvrir notamment dans ce reportage, le travail documentaire du photographe français Olivier Culmann. Commissaire invité à Vichy, il s'est intérressé à la mode du selfie. Un phénomène compulsif, addictif, captivant pour le capteur d'images.

Au terme de son enquête, il découvre que la démarche n'est pas uniquement narcissique. L’exposition, qui mêle photos d’amateurs et séries d’artistes œuvrant sur le sujet, met en lumière le vertige de la répétition et les mécanismes de la viralité ."Ce n'est pas forcément quelque chose de l'ordre de l'égo, c'est aussi une façon de communiquer avec les autres", explique-t-il. 

Bardot, Dali, Marilyn, ils ont tous sauté pour Philippe Halsman

Parmi les huit parcours photographiques de Portrait(s), le promeneur est invité à s'arrêter devant les grands clichés en noir et du photographe américain Philippe Halsman. Son procédé de "Jumpology" qui consiste à photographier des personnalités en train de sauter est toujours un régal. De Bardot à Dali, de François Mauriac à Grace Kelly sans oublier Marylin Monroe, ils ont tous bondi devant l'objectif d'Halsman. 

Marylin devant l\'objectif de Philippe Halsman, exposée sur l\'Esplanade du Lac Allier de Vichy
Marylin devant l'objectif de Philippe Halsman, exposée sur l'Esplanade du Lac Allier de Vichy (PHILIPPE HALSMAN / MAGNUM PHOTOS)

Une histoire de sœur avec Turkina Faso

La jeune photographe russe mène depuis plus d’une dizaine d’années un travail sur sa sœur Alice, dans le Caucase du Nord. Ses images mêlent à la fois le document et la fiction. Sister Alice est surtout un regard amusé et attendri de l'artiste sur sa petite sœur qui passe progressivement de l'adolescence à l'âge adulte.

Série de Turkina Faso \"My sister Alice\" exposée à la Galerie du centre culturel de Vichy dans la cadre du festival Portrait(s) 
Série de Turkina Faso "My sister Alice" exposée à la Galerie du centre culturel de Vichy dans la cadre du festival Portrait(s)  (Turkina Faso)

Les villageois ougandais en noir et blanc sous l'œil de Bastiaan Woudt

Le Néerlandais Bastiaan Woudt a réalisé cette série de portraits en noir et blanc de villageois africains dans la région de Mukono, en Ouganda. Son travail, qui joue sur le détail, le grain et le contraste, est d’une rare intensité poétique et graphique.

Série \"Mukono\" de Bastiaan Woudt exposée à la galerie du centre culturel de Vichy dans le cadre du festival Portrait(s)
Série "Mukono" de Bastiaan Woudt exposée à la galerie du centre culturel de Vichy dans le cadre du festival Portrait(s) (Bastiaan Woudt)

Tish Murtha et les enfants d'Elswick

Formée à l’école de photo documentaire du Newport College of Art, la photographe Tish Murta (décédée en 2013) est à l'origine de ce travail au cœur de l'Angleterre des années 1980. Pauvreté, jeunesse désœuvrée et révoltée, ces portraits en disent long sur les conséquences sociales de l'ère Thatcher.

Glenn et Paul sur la corde à linge. Série \"Unemployment\" (1981) - série de Tish Murtha exposée à la galerie du centre culturel 
Glenn et Paul sur la corde à linge. Série "Unemployment" (1981) - série de Tish Murtha exposée à la galerie du centre culturel  (Tish Murtha)

Ambroise Tézenas : un regard sur le patrimoine architectural de Vichy

Ambroise Tézenas signe sa sixième résidence d'artiste à Vichy. À cette occasion, le photographe présente une série d’images mettant simultanément en lumière les bâtiments remarquables de la ville thermale et les acteurs de la ville. Son défi : renouveler les points de vue. "J'ai essayé de montrer les coulisses, et d'aller dans des lieux pas forcément accessibles aux Vichyssois", explique-t-il.

Stéphane, driver à l\'hippodrome de Vichy Bellerive Vichy, 2019 - Série exposée sur le parvis de l\'église Saint Louis et sur le parvis de la gare
Stéphane, driver à l'hippodrome de Vichy Bellerive Vichy, 2019 - Série exposée sur le parvis de l'église Saint Louis et sur le parvis de la gare (Anbroise Tézenas)

Benni Valsson : anonymes ou artistes islandais capturés à la chambre

Le photographe islandais mène depuis trois ans un travail de portraits à la chambre dans son pays d’origine. Oeuvrant toujours en extérieur, il associe ses portraits d’anonymes ou de créateurs islandais – poètes, danseurs, vidéastes, artistes plasticiens… – au passage des saisons et aux mutations du paysage urbain.

Série \"Nokkurs Konar Heimkoma - A sort of Homecoming\". La musicienne islandaise Kristin Anna Valtysdottir, appuyée contre sa voiture à Falkagata, Reykjavik, août 2017 - Exposition au centre culturel de Vichy
Série "Nokkurs Konar Heimkoma - A sort of Homecoming". La musicienne islandaise Kristin Anna Valtysdottir, appuyée contre sa voiture à Falkagata, Reykjavik, août 2017 - Exposition au centre culturel de Vichy (Benni Valsson)

Festival Portrait(s) de Vichy 

Du 14 juin au 15 septembre 2019 

Dix expositions en centre-ville et à l’extérieur, à ciel ouvert : dans l’espace des galeries du Centre Culturel de Vichy,

À la Médiathèque Valery-Larbaud,

Sur l’esplanade du lac d’Allier et place Saint-Louis