Portrait : Benoît Gallot, conservateur du Père Lachaise, photographie la vie animalière du cimetière

Publié
Portrait : Benoît Gallot, conservateur du Père-Lachaise, photographie la vie animalière du cimetière
France 2
Article rédigé par
S.Bernuchon, J.-M.Lequertier, L.Harper, V.Huon - France 2
France Télévisions

C’est un conservateur pas comme les autres. Benoît Gallot s’occupe d’un site rempli d’histoire au cœur de Paris : le cimetière du Père-Lachaise  reposent Molière, Édith Piaf ou encore Jim Morrison. Mais il s’est fait essentiellement connaître via son compte Instagram en photographiant la vie animalière qui occupe le lieu.

Après 18 heures, quand le cimetière le plus visité au monde ferme ses portes, la nature reprend ses droits. Benoît Gallot est le conservateur du Père-Lachaise (Paris). Mais il est aussi passionné de photographie animalière. Pour avoir la bonne photo, au milieu des tombes, il faut souvent des heures de patience. Le jour, il veille sur le cimetière de 70 000 tombes. L’entretien se fait à la main car, depuis 2011, il est interdit d’utiliser des pesticides. Avec le retour de la végétation, les animaux aussi ont fait leur réapparition. Désormais, à quelques pas des tombes de Molière ou Jean de la Fontaine, des fables prennent vie : chat, oiseaux, renard, fouines…

Des dizaines de milliers d’abonnés

Une passion inattendue pour ce diplômé en droit. Tout a commencé lors de ses pauses-déjeuner. Il réalise un cliché qu’il poste sur les réseaux sociaux et celle-ci est largement partagée. "La nature, ça ne m’intéressait pas plus que ça (…) petit à petit, j’ai vu qu’il y avait des choses incroyables, une richesse insoupçonnée. Il a fallu que je travaille dans un lieu dédié à la mort pour que je m’intéresse au vivant", ironise-t-il. Aujourd’hui, des dizaines de milliers d’abonnés suivent ses aventures au plus près. Benoît Gallot et sa famille habitent au sein même du Père-Lachaise, devenu un havre de paix aussi pour la biodiversité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.