"Eaux Troublées" à Montpellier : une exposition photo surprenante qui dénonce la pollution de l'environnement

Au Pavillon Populaire de Montpellier, le photographe canadien Edward Burtynsky expose des photographies aériennes d'eaux polluées, à la fois sublimes et abstraites, envoûtantes et dérangeantes.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Edward Burtynsky est connu pour ses clichés aériens de paysages abîmés par l'homme.  (France 3 Occitanie)

Des œuvres déconcertantes ornent les murs du Pavillon Populaire de Montpellier. Certaines ressemblent à des micro-organismes observés à travers la lentille d’un microscope. Plus loin, une grande fresque évoque une peinture d'arbre. D'autres, dans des tons orangés, rappellent des paysages quasi cosmiques - on croirait même apercevoir Saturne.

Pourtant, pas de peinture ni de représentations abstraites ici : il s'agit exclusivement de photographies aériennes ! Prises par le photographe canadien Edward Burtynsky, elles représentent des "Eaux Troublées", expression qui a donné son nom à l'exposition. Les tons bleus sont effectivement troublés par du noir, du gris du jaune. D'autres compositions à dominante brune, verte ou rouge sont bien loin de la couleur naturelle de l'eau et ne laissent aucun doute sur sa pollution.

Dénoncer l'impact de l'homme sur la planète

Se définissant comme un témoin de l’impact de l’homme sur la planète, Edward Burtynsky n'a de cesse de dénoncer la destruction de l'environnement à travers son œuvre. Il est connu pour ses photos de paysages industriels qui lui ont valu de nombreuses récompenses. Dans son exposition au Pavillon Populaire, il a décidé de faire un zoom sur la pollution des eaux.

Ceci n'est pas une toile représentant un arbre... Mais bien une photographie d'Edward Burtynsky. (France 3 Occitanie)

“Il nous alerte sur une situation écologique et environnementale à échelle planétaire. Ça n’est pas uniquement dans un seul pays qu’il y a urgence, c'est au niveau de la planète. Edward Burtynsky nous interpelle par le biais de la photographie”, explique la guide Laétitia Cornée.

Questionner par l'art

Le photographe questionne la relation entre l'homme et l'eau mais aussi nos sens. Ses clichés ne laissent personne indifférent. “C’est assez surprenant, cette façon de prendre les photos m’interpelle vraiment”, réagit une visiteuse. “Qu’il prenne ses prises de vue vraiment de très loin, de plusieurs kilomètres, ça donne effectivement une perspective qu’on n’a pas l’habitude de voir”, ajoute une autre. L'art des photographies en trompe-l'oeil lui vient peut-être de son apprentissage de la peinture, dès son plus jeune âge. "À partir de l’âge de 7 ans, il va pratiquer la peinture avec son père. Cette pratique va nourrir sa sensibilité et sa réflexion”, souligne Laétitia Cornée.

L'eau est présente sur tous les clichés de l'exposition montpelliéraine. Pourtant, ces tons chauds sont à l'opposé de la couleur naturelle de l'eau. (France 3 Occitanie)

En questionnant, surprenant voire même choquant le public à travers ses photographies, Edward Burtynsky semble avoir réussi sa mission : lancer un appel à l'aide pour sauver une Terre épuisée.

Eaux Troublées, jusqu'au 26 septembre au Pavillon Populaire - Esplanade Charles-de-Gaulle, 34000 Montpellier

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.