Avec la guerre en Ukraine, le festival de photographie d'Odessa trouve refuge en France

Dans le cadre de l'opération de soutien à la scène photographique ukrainienne, 25 artistes exposent leurs œuvres tout l'été en France et notamment dans l'Aude.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le festival de photo d'Odessa (Ukraine) a trouvé refuge dans quatre villes de l'Aude (France 3 Occitanie)

Transformer l'espace public en lieu de résistance et faire un geste fort envers les artistes ukrainiens. Depuis quelques jours, quatre villes du département de l'Aude exposent des photos d'artistes ukrainiens.

Elles auraient dû être présentées lors du festival de photo d'Odessa, mais en raison de l'invasion russe en Ukraine, l'événement a été annulé dans le pays et c'est en France qu'il a été relocalisé par le biais de l’opération Stand with Ukraine.

Un calme apparent

Dans les jardins de la mairie de Castelnaudary, des clichés en noir blanc habillent les murs de l'édifice. Intitulée "Calm Waters", cette série montre des scènes de vie insouciantes bien loin de l'ambiance qui règne aujourd'hui en Ukraine. Ces photos antérieures au conflit ont été capturées par Andriy Lomakin, photographe ukrainien. "On voit le calme, la sérénité, la vie de tous les jours mais on sent quand même en arrière-plan une menace", détaille Pierre Fontecave, président de l'association À vue d'oeil, une association de photographes basée à Castelnaudary.

Soutenir financièrement les photographes ukrainiens

Dans l'Aude c'est l'association de la région carcassonnaise, Le Graph et par le biais de l'opération Stand with Ukraine que cette opération a pu voir le jour. Carcassonne, Castelnaudary, Bram et Capendu, quatre villes de l'Aude participent à l'opération. Ces expositions ont pour objectif d'apporter un soutien financier aux photographes ukrainiens restés au pays. "Le but c'est que ce soutien, qui est versé sous forme de droits d'auteur, soit un vrai revenu pour les photographes en ce moment qui en ont besoin étant donné que par exemple le centre photographique d'Odessa a été bombardé et que l'activité artistique a dû s'arrêter puisque ce n'est pas la priorité en ce moment", explique Mathilde Alsina, coordinatrice au Graph. Ces droits d'auteurs vont de 800 à 1200 euros par artiste.

Photo de la série "Calm Waters" d'Andriy Lomakin (Andriy Lomakin)

Des expositions solidaires partout en France


C'est avec Diagonal, un réseau national de vingt-cinq centres photographiques, que tout s'est mis en place. Et il a fallu faire vite. "Très rapidement on a voulu marquer le coup. En un mois et demi on a monté une opération qui normalement nous prend un voire deux ans en termes de programmation", détaille Eric Sinatora, co-président du réseau national Diagonal.

Outre les quatre expositions  de l'Aude, la programmation se déploie dans d'autres villes françaises. À Strasbourg, l'exposition "Parle-leur de batailles, de météores et de caviar d’aubergine" présente le travail de sept photographes ukrainiens au pôle simultania jusqu'au 17 septembre 2022.

Pour sa 19e édition, le festival des Photaumnales dans les Hauts-de-France offrira dès le 17 septembre une carte blanche au festival Odessa Photo Days et présentera une sélection de cinq photographes.

À Houlgate, en Normandie dans le cadre du festival "Les femmes s'exposent", les photographies d'Oksana Parafeniuk seront présentées dans l'espace public du 8 juin au 4 septembre 2022.

À l'espace Negpos de Nîmes les oeuvres de sept photographes seront exposées du 1er juillet au 30 septembre 2022

En tout, vingt-cinq artistes ukrainiens seront à l'honneur en France jusqu'à la fin de l'été.

La photo ukrainienne toujours debout

 

Le festival Odesa Photo Days a été fondé en 2015, en réaction aux premières tensions apparues entre l'Ukraine et la Russie, notamment autour des territoires du Donbass et de la Crimée. Dès sa création, il vise à mettre en valeur le travail des photographes ukrainiens, en réaction à "la propagande et aux manipulations médiatiques" dans le cadre du conflit naissant, précise le site du festival.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.