Cet article date de plus de cinq ans.

Les petits papiers chiffonnés et inspirés du peintre Daniel Brindel

Le palais Bénédictine de Fécamp invite le public jusqu'au 28 décembre 2015 dans ses "Jardins d’écriture" avec l'oeuvre chiffonnée de Daniel Brindel. Papier Kraft blanchi, peinture acrylique, encre et colle, le plasticien havrais mélange tous ces matériaux pour leur donner une âme commune sur de très grandes toiles.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La couleur et le papier, les oeuvres de Daniel Brindel sont présentées au Palais Bénédictine de Fécamp dans l'exposition "Jardins d'écriture" 
 (France 3 / Culturebox)
C'est la première fois que les oeuvres de Daniel Brindel sont accrochées au Palais de la Bénédictine de Fécamp. Rencontre avec le plasticien dans son atelier qui livre les clés de son art à une équipe de France 3 Le Havre. "J'ai découvert l'art à l'âge de neuf ans grâce à une plaquette de chocolat !", dévoile-t-il. 

Reportage : B. Drouet / H. Guiraudou 

Une cinquantaine d’œuvres impressionnantes sur très grands formats sont accrochées sur les murs de l'abbaye. On peut notamment découvrir un magistral diptyque de 6 mètres intitulé "Cent papiers", ou encore "Venise" avec ses 4,18 mètres. Une toile réalisée "d'un seul jet." 
 

Brindel devant "Venise"
 (France 3 / Culturebox)

Variation sur techniques 

Si la couleur attrape d'abord l'oeil du visiteur, c'est en s'approchant que l'on découvre l'incroyable matière des tableaux de Daniel Brindel. Le plasticien utilise du papier Kraft blanchi comme toile de base, support de son matériau de prédilection : le papier.

"J'inflige à ce papier les pires sévices, je le chiffonne, je le râpe, je le griffe, je le ponce, je le flétris, je le colle", explique l'artiste avant d'ajouter avec humour, "avant de commencer je veux qu'on soit à égalité, il est tout fripé, moi aussi, donc je l'attaque de front".  
 (France 3 / Culturebox)

Anti Ego

Sous les doigts de Daniel Brindel le papier prend les couleurs de son humeur vagabonde. A 73 ans, le créateur de l'aléatoire et des aspérités fait coexister intimement son être et son âme artistique, "ça ne me contrarie pas de voir mes papiers gondolés, ça fait partie de mon travail, c'est inhérent à ma personnalité. J'essaie de m'accepter et d'accepter mon travail", admet-il en toute modestie.
Daniel Brindel devant ses paons colorés en papier
 (France 3 / Culturebox)


"Jardins d’écriture" de Daniel Brindel au Palais Bénédictine
110, rue Alexandre Le Grand – Fécamp
Tarfif : 5€
Tous les jours jusqu’au 31 décembre (fermé le 25). De 10 h à 13 h 15 et 14 h à 18 h 45 du 3 au 16 octobre.
De 10 h 30 à 12 h 45 et de 14 h 30 à 17 h 45 du 17 octobre au 11 novembre et du 19 au 31 décembre.
De 14 h 30 à 17 h 15 du 12 novembre au 28 décembre 2015

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Peinture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.