Au Louvre, l'exposition Léonard de Vinci se terminera par trois nocturnes fin février

Le musée du Louvre organise trois nocturnes exceptionnelles pour les trois derniers jours de l'exposition consacrée au peintre toscan, les 21, 22 et 23 février 2020.

Deux visiteurs admirent le \"Portrait d\'Isabelle d\'Este\" à l\'ouverture de l\'exposition Léonard de Vinci au musée du Louvre, le 22 octobre 2019.
Deux visiteurs admirent le "Portrait d'Isabelle d'Este" à l'ouverture de l'exposition Léonard de Vinci au musée du Louvre, le 22 octobre 2019. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

La prestigieuse exposition Léonard de Vinci au Musée de Louvre se conclura fin février par trois journées d'ouverture non-stop, jour et nuit, annonce le président-directeur du musée parisien dans le Journal du dimanche (article réservé aux abonnés).

"A exposition exceptionnelle, dispositif exceptionnel", explique Jean-Luc Martinez. "Pour les visiteurs, c'est l'occasion unique de voir ou de revoir autant d'oeuvres rassemblées de ce génie de la Renaissance, et ce dans une ambiance particulière, propre à la nuit", souligne-t-il. 

Une opération inédite, avec ouverture de 21h à 8h30 du matin

Lors des trois derniers jours de l'exposition, vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 février, des visiteurs pourront ainsi venir de 21h à 8h30 du matin, précise le JDD. L'entrée de ces nocturnes sera gratuite mais sur réservation obligatoire en ligne à partir de ce mardi midi sur le site louvre.fr. Près de 30.000 places seront proposées, selon l'hebdomadaire.

Il s'agit d'une opération inédite dans l'histoire du musée du Louvre, à l'image d'une exposition hors normes inaugurée le 24 octobre, la plus grande jamais consacrée au peintre italien et qui a sans doute battu des records de fréquentation (les chiffres officiels n'ont pas encore été communiqués). Il s'agit aussi probablement de la dernière exposition de cette ampleur autour du génie de la Renaissance, tant il devient compliqué de déplacer les chefs d'oeuvre de l'art ancien.

Le Louvre a opté pour ces nuits gratuites afin de "redire à tout le monde que le musée est fait pour tous", selon Jean-Luc Martinez, qui explique que plus de 40 % des près de 10 millions de visiteurs annuels ne déboursent rien.