Cet article date de plus de sept ans.

Festival d'Avignon 2015 : "Une fréquentation tout à fait exceptionnelle" (Olivier Py)

Olivier Py a fermé vendredi le ban d'une 69e édition du Festival d'Avignon plus réussie en terme d'affluence que sur le plan artistique, et annoncé pour l'an prochain le grand retour de la Comédie-Française après 23 ans d'absence. Entretien avec le directeur du Festival.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
  (Olivier Py, acteur, auteur, metteur en scène et directeur du Festival d'Avignon © Maxppp)

"Cette année nous avons une fréquentation tout à fait exceptionnelle avec un taux de remplissage de 93,05% contre 89% l’an dernier. C'est près de 156.000 spectateurs venus voir des œuvres quelques fois difficiles, quelques fois exigeantes, quelques fois qu’ils n’ont pas aimées, quelques fois qu’ils ont adorées ", se réjouit Olivier Py.

Environ  50.000 spectateurs sont aussi venus voir les spectacles gratuits. "C’est important parce que ces spectacles-là témoignent d’une certaine idée du service public, de la présence même e la République ", souligne le directeur du Festival d'Avignon, citant La République de Platon, par Alain Badiou,, qui tous les jours a attiré  500 personnes venues écouter "avec toujours la même ferveur " un petit morceau de Platon. "C’est l’idée qu’on se fait vraiment du Festival d’Avignon, de l’exigence et de la ferveur populaire ", explique-t-il.

Un bon bilan chiffré donc, mais les deux spectacles donnés dans la Cour d’honneur, notamment l’adaptation du Roi Lear de Shakespeare n’ont pas convaincu les critiques. "Chaque  année, il y a des spectacles qui font polémiques. C’est le jeu d’Avignon, il faut qu’il y ait des disputes au sens universitaire. Qu’on n’aime, qu’on n’aime pas, qu’on soit en colère, qu’on soit ravi, c’est le jeu d’Avignon et puis chacun a le droit d’aimer ou de ne pas aimer les spectacles du festival bien-sûr ", réagit Olivier py.

Et à ceux qui reprochent au directeur du Festival  trop de spectacles de sa production dans la programmation, il répond : " Il y a toujours cette question du directeur-artiste. Moi je crois que c’est très politique qu’il y ait un directeur qui soit artiste. Je pense qu’il faut que les artistes prennent place dans la cité et qu’ils continuent de gérer la vie artistique. C’est très important. Il ne faut pas laisser le monde de l’art aux technocrates. Je ne pense pas que je présenterai deux pièces l’année prochaine pour répondre à votre question. "

Pour l’année prochaine, Olivier Py a annoncé  le retour de la Comédie-Française. "La Comédie-Française n’était pas venue depuis 23 ans, je me suis dit que ça faisait un peu long ", explique-t-il. " C’est certainement une façon d’attirer un autre public à la Comédie-Française, parce que le public d’Avignon est un public essentiellement populaire et je crois qu’Avignon aidera la Comédie-Française aussi à donner une autre image d’elle-même, ce n’est pas du tout un théâtre poussiéreux, bien au contraire ", poursuit-il.

Olivier Py dresse le bilan de la 69e édition du Festival d'Avignon. Il répond à Simon Le Baron
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.