En images Incendie de Notre-Dame : Patrick Zachmann photographie le spectaculaire chantier de restauration de la cathédrale

Le photographe de l’agence Magnum propose de faire vivre en photos le chantier de la cathédrale parisienne après son incendie d'avril 2019. Plus de 100 photos réunies dans un beau livre intitulé "Notre-Dame, histoire d’une renaissance".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Patrick Zachmann a photographié le chantier de la cathédrale Notre Dame de Paris après son incendie d'avril 2019. (PATRICK ZACHMANN / AGENCE MAGNUM)

"Je ne me serais jamais embarqué dans cette aventure, si je n'avais pas été là ce 15 avril 2019". Ce soir-là, Patrick Zachmann photographie l’incendie de Notre-Dame et la stupéfaction des Parisiens. Mais très vite, il veut pénétrer à l’intérieur de la cathédrale. Un partenariat est noué entre l’agence Magnum et l’établissement public chargé de la restauration de Notre-Dame. Le photographe en a tiré un beau livre intitulé Notre-Dame, histoire d’une renaissance. Certaines photos très spectaculaires nous font pénétrer à l’intérieur de la cathédrale meurtrie.

Patrick Zachmann a photographié le chantier de la cathédrale Notre Dame de Paris après son incendie d'avril 2019. (PATRICK ZACHMANN / MAGNUM PHOTO)

Commence alors un reportage au long cours. Patrick Zachmann entre dans la cathédrale le 25 juin, deux mois après l’incendie. Une de ses premières photos est stupéfiante. "Il y avait des gravats, un tas de poutres calcinées et des pierres. Elles sont en fait tombées quand la flèche s'est écroulée sur les chaises de fidèles dont quelques-unes sont restées debout. Au fond, on voit le cœur avec la croix qui est restée intacte. Cette image est saisissante parce que c'est ce qu'on ne voit pas de l'extérieur que le public ne peut pas voir."

Patrick Zachmann a photographié le chantier de la cathédrale Notre Dame de Paris après son incendie d'avril 2019. (PATRICK ZACHMANN / MAGNUM PHOTO)

Des conditions extrêmes

Des images réalisées dans des conditions difficiles en raison de la présence de plomb. Patrick Zachmann a dû s’habituer à cadrer en portant des gants, un masque à ventilation assisté, un casque de chantier, avec un appareil emballé dans du plastique et parfois dans les situations les plus périlleuses, tenu par un harnais. "Les premières photos que j'ai faites des cordistes qui nettoyaient une voute, on était quand même à côté du trou béant", raconte le photographe.

Les photos des cordistes et échafaudeurs se sont les photos qui ont été les plus difficiles à réaliser mais souvent les plus spectaculaires

Patrick Zachmann, photographe

à franceinfo

Au-delà du sauvetage du monument, Patrick Zachmann raconte une incroyable aventure humaine, sa rencontre avec des femmes et des hommes. Comme ce grutier dont la photo occupe une double page : "Il s'agit de Christophe, un des grutiers de la tour à grue, c'est-à-dire que c'est une grue énorme très haute de 90 m. On le voit en contre-jour et derrière on voit Paris et la cathédrale avec les deux tours et l'échafaudage qui n'existe plus. C'est une photo un peu mémoire de cette étape de sécurisation et de démontage. Cette photo allie finalement la suivie du chantier et le côté humain."

Patrick Zachmann a photographié le chantier de la cathédrale Notre Dame de Paris après son incendie d'avril 2019. (PATRICK ZACHMANN / AGENCE MAGNUM)

Aux images, Patrick Zachmann a choisi d’ajouter des mots, ceux du journal qu’il a tenu tout au long de sa présence sur le chantier. Un récit passionnant, en contrechamp des prouesses du photographe. Un travail pour que perdure la mémoire du sauvetage de Notre-Dame.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Architecture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.