À Lyon, les lieux culturels privés d'une partie de leurs subventions par la région : "Les conséquences sont catastrophiques"

La région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de ne pas reconduire des subventions à destination des lieux et événements culturels de la ville de Lyon. Les acteurs culturels lyonnais sont inquiets.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Biennale d'art contemporain, qui doit débuter en septembre, se retrouve avec un budget amputé de 253 000 euros. (JOEL PHILIPPON / MAXPPP)

"Les conséquences de cette annonce, pour nous, sont assez catastrophiques". Les mots sont ceux d'Isabelle Bertolotti, directrice de la Biennale d'art contemporain de Lyon. L'événement doit débuter le 14 septembre prochain mais l'organisation va devoir renoncer à une partie de son programme.

En cause : la région Auvergne-Rhône-Alpes, dirigée par le républicain Laurent Wauquiez, a décidé de ne pas reconduire une part de ses subventions aux lieux et événements culturels de la ville de Lyon. La région fait valoir un "rééquilibrage en direction de territoires où l'offre culturelle est moins importante que dans les grandes métropoles d'Auvergne-Rhône-Alpes".

Un tollé dans l'opposition de gauche

La région ajoute qu'elle veut "favoriser les initiatives et les projets auprès des habitants éloignés des grandes institutions culturelles", en évoquant des "festivals portés par de petites associations".

En exemple, la Biennale d'art contemporain se retrouve donc avec un trou de 253 000 euros dans son budget. "C'est la part de la région qui a été diminuée de près d'un tiers, à quelques semaines de l'ouverture", se désole Isabelle Bertolotti sur franceinfo. Toutes les sélections d'artistes sont faites, tout comme les productions. Il faut qu'on trouve une solution que nous n'avons pas."

L'indignation est également relayée politiquement par l'opposition. Pascale Bonniel Chalier, conseillère régionale EELV, et membre de la commission Culture : "J'aimerais comprendre que ces budgets vont être répartis sur d'autres structures. Pour l'instant, nous n'avons pas plus de moyens sur d'autres structures indépendantes, sur des structures dans des territoires ruraux ou politique de la ville."

"Il n'y a pas d'autre raison que celle d'attaquer les majorités municipales de gauche ou écologistes"

Pascale Bonniel-Chalier, conseillère régionale EELV

à franceinfo

La taille sévère et brutale dans les subventions concerne également l'opéra de Lyon, la Villa Gillet, structure dédiée à la littérature, l'Institut Lumière pour le cinéma, et d'autres. 

Les acteurs culturels lyonnais privés par la région d'une partie de leurs subventions : le reportage de Mathilde Imberty
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.