Polémique autour de la construction de la gare TGV de Montpellier en zone inondable

Le gigantesque chantier a déjà démarré. Pourtant, selon plusieurs associations, les risques d'inondation sont bien réels.

Voir la vidéo
France 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le gros chantier de Montpellier, dans l'Hérault, a déjà débuté. Sur 350 hectares entre la ville et l'aéroport, le projet est pharaonique : 140 millions d'euros, 30 hectares de bureaux et une nouvelle gare TGV, bâtie en partie sur une zone inondable. Elle est donc surélevée sur des piliers de béton. Mais la zone reste sensible.

Des élus écologistes ont dénoncé la situation en avril 2015, mais pour le préfet de l'Hérault, Pierre de Bousquet de Florian, le schéma hydraulique est cohérent. Il explique que des bassins devraient, à terme, retenir l'eau pour éviter des inondations. "Il y a une toute partie des parkings qui est aujourd'hui inondable. Avec la création de ces bassins, la gare et ses parkings sont totalement hors d'eau", argumente-t-il.

Les parkings et voies d'accès inondables

"Dire que la gare n'est pas inondable parce qu'elle est surélevée, c'est oublier que ce n'est pas dans une gare qu'on meurt. C'est sur les parkings, sur les voies d'accès qui elles seront toutes inondables", rétorque Christian Dupraz, conseiller municipal EELV de Montpellier.

La nouvelle gare devrait être achevée d'ici à deux ans. Cinq ou six recours ont été engagés contre le projet par différents collectifs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV arrive en gare de Strasbourg (Bas-Rhin), le 25 avril 2014.
Un TGV arrive en gare de Strasbourg (Bas-Rhin), le 25 avril 2014. (VINCENT KESSLER / REUTERS)