Vrai ou Fake : revaloriser les salaires suffirait-il à soulager les métiers en tension ?

Publié Mis à jour
SJT VOUF METIERS EN TENSION DAO V1
franceinfo
Article rédigé par
L-.L. Daho, J-P. Tarini, B. Jecquel, M. Alphaise - franceinfo
France Télévisions
Le gouvernement a annoncé la mise en place d’un titre de séjour pour faciliter l’insertion professionnelle des travailleurs immigrés dans les métiers en tension. Mais l’opposition soutient qu’il suffit de revaloriser les salaires. Qu’en est-il réellement ?

Un titre de séjour "métiers en tension", c’est une mesure proposée par le gouvernement afin de faciliter l’insertion professionnelle des travailleurs immigrés. "Nous proposons de mettre fin à une forme d’hypocrisie et au cas par cas, de permettre à ces hommes et à ces femmes (...) de demander leur régularisation et d’obtenir un titre de séjour dans ce cadre", a déclaré Olivier Dussopt, le ministre du travail. "La solution viable pour les métiers en tension, c’est la revalorisation des salaires, pas l’immigration massive", a réagi Jordan Bardella. Une revalorisation des salaires peut-elle, à elle seule, résoudre la problématique des métiers en tension ?

Les salaires n’expliquent pas tout

La Dares, qui dépend du ministère du travail a publié une note en 2021 avec le top 30 des métiers en tension. Les trois-quarts du classement sont des métiers du BTP et de l’industrie. Les autres métiers concernent les informaticiens ou encore les infirmiers. Ces secteurs sont en tension, car ils se retrouvent face à un vivier réduit de main d’œuvre. De plus, ils recrutent intensément, mais ces métiers requièrent des formations spécifiques. Les facteurs de tension sont aussi la précarité de l’emploi, les conditions contraignantes ou encore l’inadéquation géographique. "Les salaires ne peuvent pas tout expliquer (...). L’essentiel des métiers en tension sont des métiers pour lesquels il y a un problème de formation", commente Dorian Roucher, sous-directeur emploi et marché du travail à la Dares.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.