Vidéo “Info ou Intox” : Dissolution de l'Assemblée Nationale : les élections législatives sont-elles légales malgré le délai très court ?

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Depuis le 9 juin, les Français n’ont plus que ce mot à la bouche : dissolution. Les élections législatives provoquées par Emmanuel Macron ont déclenché un raz-de-marée dans la vie politique française mais aussi sur les réseaux sociaux. Macron tente t-il d'obtenir un troisième mandat ? Les élections sont-elles légales ? Info-Intox tord le cou aux rumeurs qui portent sur le scrutin.
Non, Emmanuel Macron ne démissionnera pas pour obtenir un 3e mandat consécutif Depuis le 9 juin, les Français n’ont plus que ce mot à la bouche : dissolution. Les élections législatives provoquées par Emmanuel Macron ont déclenché un raz-de-marée dans la vie politique française mais aussi sur les réseaux sociaux. Macron tente t-il d'obtenir un troisième mandat ? Les élections sont-elles légales ? Info-Intox tord le cou aux rumeurs qui portent sur le scrutin. (France 24)
Article rédigé par Maya YATAGHENE
France Télévisions
Depuis le 9 juin, les Français n’ont plus que ce mot à la bouche : dissolution. Les élections législatives provoquées par Emmanuel Macron ont déclenché un raz-de-marée dans la vie politique française mais aussi sur les réseaux sociaux. Macron tente t-il d'obtenir un troisième mandat ? Les élections sont-elles légales ? Info-Intox tord le cou aux rumeurs qui portent sur le scrutin.

C'est une décision qui a tellement pris la France par surprise, que beaucoup s'en sont demandé si elle était seulement légale. Le délai entre l'annonce de la dissolution de l'Assemblée Nationale et les élections législatives qui en découle est de 21 jours : du jamais vu !

Deux anciens ministres de la justice se sont fait avoir. Le délai ne dépend pas de celui prévu par le Code Electoral mais de celui prévu par un article de la Constitution française : “Les élections générales ont lieu vingt jours au moins et quarante jours au plus après la dissolution."

Autre rumeur, celle qui prêterait à Emmanuel Macron un "plan machiavélique" : celui de dissoudre l'Assemblée Nationale pour démissionner ... et ainsi contourner la limite constitutionnelle des deux mandats consécutifs. Au-delà que le Président affirme qu'il ne démissionnera pas, quelque soit le résultat le 7 juillet, c'est complètement impossible selon les plus grands constitutionalistes.

Enfin, Emmanuel Macron serait-il obligé de nommer Jordan Bardella Premier ministre en cas de victoire aux législatives du Rassemblement Nationale ? Selon la Constitution, "Le Président de la République nomme le Premier ministre." Mais outre la loi, il y a la politique. La nouvelle majorité ne voterait certainement pas les textes proposés, et chercherait à renverser le Gouvernement à coup de motions de censures.

C'est pour ça qu'historiquement, les Présidents de la Ve République ont dû nommer le chef de file de la majorité élue par les urnes. Dernière cohabitation en date : celle en 1997 du gaulliste Jacques Chirac avec le socialiste Lionel Jospin ... suite à une dissolution d'Assemblée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.