La charte de "Vrai ou Fake"

Les journalistes qui publient au sein de notre rubrique "Vrai ou Fake" respectent une charte qui fixe de nombreux critères sur la transparence, la méthodologie et l'indépendance. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Tous les contributeurs de l'audiovisuel public participant à l'offre Vrai ou Fake (DR)

Franceinfo passe au crible et certifie, après les avoir dûment recoupées, toutes les informations qu'elle diffuse sur ses antennes radio, TV et numérique.

Mais le "fact-checking" et le "debunking", apparus dans les années 1990 outre-Atlantique, sont devenus des exercices journalistiques spécifiques. Le "fact-checking" consiste à débusquer les erreurs factuelles ou les mensonges des responsables publics et des politiques. Le "debunking" (ou démystification) consiste à décrypter et déconstruire des rumeurs qui circulent notamment sur les réseaux sociaux et des "fake news", c'est-à-dire de fausses informations fabriquées dans le but de manipuler le public.

Qu'est-ce que Vrai ou Fake ?

Comment les sujets sont-ils choisis ?

Selon quelles méthodes les journalistes procèdent-ils ?

Que font-ils en cas d'erreur ?

Comment les entreprises de l'audiovisuel public sont-elles financées ?

Qulles valeurs défendent les entreprises de service public ?

Comment contacter l'équipe de Vrai ou Fake ?

Voici toutes les réponses à vos questions dans cette charte.

Qu'est-ce que "Vrai ou Fake" ?

"Vrai ou Fake" est la plateforme de "fact-checking" et de "debunking" de l'ensemble de l'audiovisuel public. Elle rassemble des contenus produits par Arte, l'Institut national de l'audiovisuel (INA), France Médias Monde, France Télévisions, Radio France et TV5 Monde.

Franceinfo est signataire de la charte de l'International fact-checking network (IFCN), un réseau international de médias spécialisés dans la vérification de faits, rattaché à l'institut Poynter, un organisme de recherche journalistique établi en Floride. Ce réseau permet aux confrères fact-checkeurs de toute la planète d'échanger des informations.

Le travail des journalistes de franceinfo et de ses partenaires de l'audiovisuel public respecte un "code de principes" élaboré par l'IFCN, qui fixe de nombreux critères sur la transparence, la méthodologie et l'indépendance. Les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de franceinfo peuvent informer l'IFCN en cas de manquement de ses journalistes à ces engagements.

Comment les sujets sont-ils choisis ?

"Vrai ou Fake" porte sur tous les sujets d'actualité, de la politique à l'économie, en passant par la santé ou le sport. Franceinfo se saisit principalement de deux types d'affirmations afin de les vérifier : des déclarations de personnalités publiques (politiques, dirigeants d'entreprise, etc.) et des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux.

Les journalistes de l'audiovisuel public choisissent de s'autosaisir de certains sujets ou sélectionnent les questions que les téléspectateurs, auditeurs et lecteurs leur adressent, par mail, ou via le live permanent de franceinfo.fr. Dans les deux cas, leur démarche est la même : ils décident de traiter un sujet en fonction de sa pertinence par rapport à l'actualité du moment, de sa viralité et de son importance dans le débat public, en fonction de sa vérifiabilité (un sujet trop subjectif, trop vaste ou trop flou sera écarté), en fonction du temps dont ils disposent pour l'analyser.

Les journalistes ne s'interdisent aucun sujet, fact-checkent les propos de tous les politiques, qu'ils soient au gouvernement ou dans l'opposition, ne militent jamais pour ou contre une position politique. Ils veillent à apporter la contradiction, à laisser s'exprimer des opinions pluralistes.

Selon quelle méthode les journalistes procèdent-ils ?

Les journalistes fact-checkeurs s'appliquent dans un premier temps à retrouver les images ou les termes précis des allégations à vérifier en s'appuyant sur des citations écrites ou des enregistrements sonores et vidéo. Ils en déterminent ensuite le contexte. Enfin, ils confrontent l'affirmation de départ à la réalité des faits, données, chiffres, lois, etc.

Dans leurs sujets, ils identifient la source de toutes les preuves réunies, en privilégiant toujours des sources primaires (et en expliquant pourquoi ils citent des sources secondaires si les sources primaires ne sont pas disponibles) et en fournissant des liens hypertextes si la source est disponible en ligne, de sorte que le public puisse, s'il le souhaite, reproduire ce travail ou disposer des outils numériques pour ce faire.

Que font-ils en cas d'erreur ?

"Vrai ou Fake" a une politique de correction claire et transparente.

En cas d'erreur mineure (qui ne change pas fondamentalement le sens du contenu) corrigée une heure après sa publication, celle-ci est signalée, en toute transparence, au début du contenu avec la mention “RECTIFICATIF”, un court texte mentionnant la version erronée et la version corrigée, ainsi qu'un message d'excuses adressé au public.

En cas d'erreur simple (mais qui change totalement le sens du contenu), celle-ci est signalée, en toute transparence, au début du contenu avec la mention “RECTIFICATIF”, un texte plus long et détaillé mentionnant la version erronée, la version corrigée et des explications, ainsi que des excuses adressées au public. La mention "RECTIFICATIF" figure également au début du titre.

En cas d'erreur majeure (qui change totalement le sens du contenu) au retentissement important, et quelle que soit l'origine de l'erreur, franceinfo rectifie le contenu d'origine (de la même manière que dans le cas 2) et publie un nouvel article décrivant la nature de l'erreur commise et apportant des éléments d'explication.

Si une information erronée a été pushée, franceinfo pushe un RECTIFICATIF.

Comment les entreprises de l'audiovisuel public sont-elles financées ?

"Vrai ou Fake" est le fruit du travail de journalistes issus d'entreprises de l'audiovisuel public, financées en grande partie par l'Etat.

La dotation de l'Etat en faveur de France Télévisions s'élève en 2019 à près de 2,5 milliards d'euros, et est principalement issue de la contribution à l'audiovisuel public. Selon le rapport financier du groupe, les ressources tirées de la publicité et du parrainage s'élèvent à 392,5 millions d'euros – pour un chiffre d'affaires consolidé d'un peu plus de 3 milliards d'euros.

Le financement de Radio France provient, lui, à 86,4% de la contribution à l'audiovisuel public, soit 582,4 millions d'euros en 2019. Les 13,6% restants proviennent de ressources propres, principalement issues de la publicité et des activités de diversification développées par Radio France. Le chiffre d'affaires de Radio France en 2019 s'établit à 673,9 millions d'euros, selon son rapport annuel.

La contribution à l'audiovisuel public finance l'ensemble des sociétés de l'audiovisuel public : France Télévisions, Radio France, l'INA, Arte, RFI, France 24, TV5 Monde. C'est une contribution forfaitaire. Son montant est le même pour tous ceux qui n'en sont pas exonérés, quels que soient leurs revenus. Le montant de la redevance audiovisuelle 2020 baisse d'un euro par rapport à 2019, soit 138 euros en France métropolitaine et 88 euros dans les départements d'outre-mer.

Quelles valeurs défendent les entreprises de l'audiovisuel public ?

France Télévisions et Radio France sont dotées de chartes d'éthique qui défendent l'indépendance de l'information et garantissent la liberté d'expression et le pluralisme des courants de pensée et d'opinion. En interne, les entreprises veillent à la liberté rédactionnelle de leurs équipes et encouragent leur créativité dans le respect des différences.

Ces entreprises mènent plusieurs actions "anticorruption". Chaque année, elles demandent à leurs salariés de remplir une déclaration permettant de prévenir tout risque de conflit d'intérêts. Elles ont également une politique très stricte en matière de cadeaux et d'invitations qu'un journaliste a le droit ou pas d'accepter.

Comment contacter l'équipe de "Vrai ou Fake" ?

Pour signaler des informations non vérifiées ou échanger avec nos journalistes, vous pouvez poster des questions ou des remarques dans le live, sur les comptes Twitter et Facebook de franceinfo, ou envoyer un courriel à cellule.franceinfo@radiofrance.com.

Merci de noter que certaines informations sont vérifiables et d'autres non. L'équipe de "Vrai ou Fake" ne vérifie que des énoncés qui contiennent des éléments factuels susceptibles d’être confirmés ou infirmés, des dates, des chiffres, des lieux sur des faits qui se sont produits récemment ou dans le passé. L'équipe ne vérifie pas des déclarations qui sont des projections dans l'avenir ou qui relèvent du subjectif, du ressenti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.