VIDEO. "Envoyé Spécial" : Aux Etats-Unis, les réseaux sociaux prennent le relais du système de santé

Faute de pouvoir payer leurs frais médicaux, certains Américains lancent des appels aux dons sur internet. Les journalistes d'Envoyé spécial ont enquêté sur ce nouveau phénomène, diffusé jeudi à 20h45 sur France 2, à découvrir dans cet extrait. 

Voir la vidéo
SOPHIE ROLAND, EDWARD BALLY, GARY GRABLI, JORGE BERROA / FRANCE 2
avatar
Hela KhamaroufranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Malgré la réforme du système de santé, beaucoup d’Américains ont des difficultés à payer leurs soins médicaux. La solidarité 2.0 est devenue un moyen comme un autre de récolter des dons pour régler la facture. 

Des soins trop chers

La mise en œuvre du nouveau système de santé d’Obama, aussi connue sous le nom d’ "Obamacare", n’a pas tenu toutes ses promesses. Effective depuis un an, elle devait rendre accessible les soins à tous – notamment aux plus démunis – et encadrer le rôle des assureurs privés aux tarifs souvent élevés.

Pourtant, il ne fait pas bon tomber malade au pays du "self-made man". Pour certains, la note reste salée, ce qui les a poussé à faire appel au don sur internet, via Twitter ou Facebook. Le "crowdfunding" – financement participatif – est pour des milliers d’Américains le dernier recours pour se soigner. La diffusion des levées de fonds sur ces nouvelles plateformes permet d’atteindre des gens au-delà même des frontières du pays.

La solidarité publique plus forte que l’assurance maladie

Même si l’appel à la solidarité est "viral", dans les faits, ce sont principalement les proches (famille et amis) qui contribuent au financement ou qui organisent des levées de fonds.  

C’est le cas de David, rencontré par nos journalistes, qui a mis en place une tombola pour son oncle Robby, 51 ans, atteint d’une grave infection aux poumons. Cloué sur son lit d’hôpital pendant dix semaines, il n’avait pas les moyens de régler les frais de son hospitalisation. Ce jour-là, David a réussi à récolter 80 lots pour une valeur de 7 000 euros. Les commerçants ne s’étonnent même plus de ces pratiques et participent volontiers à ces collectes d'un nouveau genre. Tous savent que les assurances privées coûtent chères et nombreux sont ceux qui ne peuvent pas y souscrire. Aux Etats-Unis, face à ce système de santé défaillant, il ne reste souvent que la générosité publique. 

 

 

(ODILON DIMIER / ALTOPRESS)