Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Claude Guéant : "Je suis mis en cause de façon totalement injuste"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

"A travers moi, on atteint effectivement Nicolas Sarkozy", a estimé, mercredi sur Europe 1, l'ancien ministre de l'Intérieur.

Invité d'Europe 1 mercredi 13 avril, Claude Guéant a démenti à nouveau les révélations du Monde. Selon le journal, le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère a été mis sur écoute lorsqu'il était candidat de droite dissident aux élections législatives de 2012 face au candidat investi par son parti, l'UMP, le ministre de l'Intérieur de l'époque, Claude Guéant.

"C'est tout à fait scandaleux. Jamais je n'ai demandé la moindre écoute téléphonique de quelque personnalité politique que ce soit, a martelé l'ancien ministre sur Europe 1. S'il y a eu une écoute, je partage tout à fait le sentiment donné par le Premier ministre et d'autres personnalités hier : c'est grave. Donc il faut savoir tirer cette affaire complètement au clair", "identifier les responsables et les sanctionner. Et puis, pour ma modeste personne, c'est grave aussi parce qu'une fois plus je suis mis en cause de façon totalement injuste sans aucun fondement."

"A travers moi, on atteint Nicolas Sarkozy"

Pour Claude Guéant, cette révélation du Monde s'inscrit dans un contexte politique. "Ce qui est vrai, c'est que cette affaire, c'est une diversion dans un paysage qui, pour la majorité, le gouvernement, est particulièrement dégradé. A travers moi, on atteint effectivement Nicolas Sarkozy. (...) Accessoirement, on veut attaquer quelqu'un qui lui a été fidèle, qu'on essaie d'empêcher de continuer à le servir." 

Selon lui, Nicolas Sarkozy doit être candidat à la primaire de la droite en vue de la présidentielle : "Il peut être [candidat], il doit l'être pour le bien de notre pays. Notre pays est dans une situation très délicate, il faut des réformes très importantes, courageuses, volontaristes et je sais qu'il peut les faire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.