Ukraine : traumatisme à Donetsk

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 23/08/2014Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il faudrait en reconstruire 2. C'est un surcoût supplémentaire pour le programme.

Galileo aurait déjà dû être lancé Au total, le programme prévoit la mise en orbite de 30 satellites.

M.Drucker: Reprise des violences en Ukraine. La ville séparatiste de Donetsk s'est réveillée au son des explosions. D'intenses bombardements ont fait 6 morts parmi la population. Certaines images sont difficiles.

Les corps des victimes sont encore devant l'immeuble. Partout, des éclats et, à l'écart, des voisins pétrifiés. L'abus a touché le 3e étage cet après-midi vers 16h. Un père, une mère et leur fille.

J'ai vu les corps et j'ai voulu les transporter pour les mettre à l'abri. Ça tirait encore. Il y avait du sang partout. Je suis allé chercher des compresses. J'ai pansé les plaies de la petite qui était encore en vie.

En ville, des blindés pro-Russes circulent. La tension est palpable. Les détonations sont régulières. Nous quittons le centre de Donetsk. Direction le Nord et la ville de Yasinovataya. Elle a été reprise il y a 5 jours par les miliciens pro-Russes. La situation est toujours très tendue. L'ennemi est à seulement quelques kilomètres.

Il y a moins d'une heure, les forces ukrainiennes ont tiré sur la rue, juste derrière. Un homme et une femme ont été tués.

L'artillerie lourde n'a rien épargné, ni l'école ni l'hôpital.

Le président ukrainien nous offre Vous voyez combien il nous aime.

Le centre de Yasinovataya ressemble à une ville fantôme. La moitié de la population a fui la ville pour échapper aux combats. dans leurs habitations, terrorisés.

Les rebelles pro-Russes encouragent les gens à sortir de leurs abris. Ils veulent évacuer les plus mal en point. Ces immeubles ont été pilonnés jour et nuit.

Ils ont même bombardé le toboggan. J'éprouve une terreur telle que je ne trouve pas les mots. Nous avons passé 7 journées macabres. Nous n'avons plus d'eau ni d'électricité. On ne sait pas où aller. On n'a rien.

On va vous trouver un logement.

La présence des miliciens rassure un peu les civils.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==