Tourisme fluvial : sur le canal de Bourgogne

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/08/2014Durée : 00h49

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre série maintenant, elle est consacrée au tourisme fluvial. Aujourd'hui, on vous emmène sur le canal de Bourgogne, qui relie la Seine au Rhône. Nous suivons une famille qui a décidé de fuir le rythme effréné de la ville pour se promener au fil de l'eau. Le parcours est ponctué par 189 écluses.

Descendre le canal de Bourgogne en bateau c'est vivre hors du temps. Vitesse de croisière :8 km/h. La famille Viriot fait escale au bord du Chemin de halage.

On va passer la nuit ici car la prochaine écluse ne fonctionne plus. On va attendre ici avant de repartir demain matin.

Où sont les pâtes.

Il ne reste plus beaucoup d'eau.

Dans le bateau, tout le confort, on est comme à la maison.

On partage de bons moments, on n'est pas chacun devant son ordi.

Demain matin, orage.

La pluie est effectivement au rendez-vous le lendemain matin.

On était derrière le pont, on va s'avancer jusqu'à l'écluse.

Un trajet de 2 km de long à faire en une heure.

J'aime ce rythme, cela change de l'urgence quotidienne.

Les jours sont rythmés par le passage des écluses. Tout le monde est à la manoeuvre.

Sinon on n'a pas le temps de se reposer. Il n'y a pas tellement de temps entre les écluses.

Comptez 20 minutes chaque passage. En 2 jours, la famille a 13 écluses au compteur. Comme il pleut, on occupe les enfants avec des visites patrimoniales, comme les Forges Buffon au bord du canal. C'est au XVllle siècle que le savant Buffon a construit ce haut fourneau. Il produisait jusqu'à 450 tonnes de fer par an. Un élégant escalier nous conduit au coeur de la forge.

Il a eu l'idée géniale de réunir toutes les productions du fer en un seul lieu. Il essayait de concilier l'efficacité, les expériences, et faire des affaires.

L'autre possibilité est l'escapade quotidienne. But de la visite : ce tunnel creusé sous la montagne en 1825, le premier du genre en France. Il a fallu 7 ans pour construire ces 3 km et 2 000 ouvriers. 200 d'entre eux y ont laissé la vie.

Il y a très longtemps, on transportait les vaches jusqu'à Paris pour que les Parisiens puissent manger la bonne viande.

Concurrencé par le train puis par la route, le canal a perdu de son intérêêêêêêê à la fin des années 60. Il n'est emprunté désormais que par les plaisanciers. Ces centaines d'écluses font le bonheur des enfants.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==