Tour de France 2022 : Pogacar pour le triplé, Van Aert en vert, Bardet électron libre... Les pronostics de la rédaction sur la 109e édition

La rédaction de franceinfo: sport a réuni ses journalistes spécialistes de cyclisme pour établir des pronostics autour des différents enjeux de la Grande Boucle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Tadej Pogacar (à gauche), Wout van Aert (au centre) et Romain Bardet (à droite), devraient animer la 109e édition du Tour de France, à partir du 1er juillet 2022. (AFP)

Ils sont 176 et si peu d'élus pour une gloire sur le Tour de France. Au départ de Copenhague (Danemark), vendredi 1er juillet, les coureurs s'élanceront pour 21 étapes dans un parcours particulièrement relevé par rapport aux années précédentes. De quoi faire la part belle aux audacieux, aux grimpeurs et d'attendre des batailles pour les différents classements de la Grande Boucle.

A l'aube de cette 109e édition, la rédaction de franceinfo: sport a réuni ses spécialistes de cyclisme et a recueilli leurs pronostics. Du maillot jaune au maillot vert, en passant par les chances françaises et les potentielles surprises, retrouvez les points de vue de nos journalistes pour ce Tour de France.

Maillot jaune : Tadej Pogacar voit triple

A l'unanimité, sans grande difficulté, Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) a réuni les voix de presque tous les membres de la rédaction (90%) pour remporter son troisième Tour de France : "Difficile de lui trouver un point faible" ou "de lui contester quoi que ce soit". D'autant plus que le jeune coureur (23 ans) sait s'exprimer sur tous les profils. "Il a plus que réussi sa préparation sur les pavés et il sera renforcé par George Bennett et Marc Soler en montagne", avance Théo Gicquel, envoyé spécial sur la Grande Boucle.

Tadej Pogacar célèbre son deuxième sacre sur le Tour de France, le 18 juillet 2021 à Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Les deux Jumbo-Visma, Primoz Roglic et Jonas Vingegaard, seraient les seuls à pouvoir déstabiliser le prodige slovène. Le vainqueur du Critérium du Dauphiné "n'est pas du genre à se laisser faire", affirme Adrien Hémard-Dohain, alors que le Danois pourra se rappeler "aux bons souvenirs du mont Ventoux où il avait distancé Pogacar", rappelle Louis Delvinquière. En tout cas, certains, comme Andréa La Perna, voient "une bataille plus serrée que lors des deux précédentes éditions" où Pogacar s'était paré de jaune.

Maillot vert : l'objectif vert de Wout van Aert plébiscité

Il en a fait son objectif et devrait se parer de vert sur cette Grande Boucle. Wout van Aert, le coureur à tout faire de la Jumbo-Visma a été sélectionné comme victorieux au maillot vert par la majorité (75%). "Avec deux maillots verts déjà cette saison (Paris-Nice et Dauphiné), il est l’immense prétendant", assure Théo Gicquel. Rester à savoir si c'est le début d'une suprématie, pour prendre la suite de Peter Sagan, sept fois maillot vert sur les Champs entre 2012 et 2019.

Sur les Champs-Elysées, Wout van Aert (Team Jumbo Visma) signe sa troisième victoire dans l'édition 2021 du Tour de France, le 18 juillet, à Paris. (CHRISTOPHE PETIT-TESSON / EPA / MAXPPP)

Mais gare à son rival éternel : Mathieu van der Poel (Alpecin-Deceuninck), "même s'il a annoncé ne pas le jouer, ses attaques incessantes et sa progression en montagne pourraient lui rapporter beaucoup de points pendant que Van Aert devra être aux côtés de ses leaders", souligne Louis Delvinquière.

Un pur sprinteur pourrait aussi tirer son épingle du jeu. Son nom : Fabio Jakobsen (Quick-Step Alpha Vinyl), "leader désigné de son équipe" qui peut "claquer trois étapes au sprint. Il y aura une lutte jusque sur les Champs pour le maillot vert", prédit Simon Bardet.

Maillot à pois : Guerreiro, Woods, Ciccone et Pinot parmi les noms cités

Ruben Guerreiro (EF Education-Easy Post) a la faveur de plusieurs journalistes (50%) de franceinfo: sport. Le grimpeur portugais a impressionné sur le dernier Mont Ventoux dénivelé challenge en battant largement les temps de montée de Vingegaard et Pogacar sur la dernière Grande Boucle. "C’est un bon grimpeur et baroudeur, il sait comment gagner un maillot à pois (il avait terminé meilleur grimpeur du Giro 2020)", appuie Théo Gicquel.

Ruben Guerreiro lève les bras après avoir dompté le Mont Ventoux dénivelé challenge, le 14 juin 2022. (FLORIAN FRISON / AFP)

D'autres noms ont filé aussi comme Michael Woods (Israel-Premier Tech) et Giulio Ciccone (Trek-Segafredo). Côté Français, deux noms sortent du chapeau avec Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) que "ça peut faire marrer" (Andréa La Perna) d'aller chercher ce maillot distinctif, et Warren Barguil (Arkéa Samsic). Enfin, comment ne pas évoquer le double vainqueur sortant du classement de la spécialité, Tadej Pogacar qui, "s'il est affamé, peut se permettre de contrôler les coureurs qui partent et gratter des points jusqu'à l'emporter", analyse Hortense Leblanc, envoyée spéciale.

Les chances françaises : Laporte et Madouas en première semaine, Pinot chez lui, Bardet sur tous les fronts

En première semaine, il sera intéressant de garder un œil sur Christophe Laporte (Jumbo Visma) ou Valentin Madouas (Groupama-FDJ) pour les étapes du Nord de la France (4 et 5). A ces deux noms, Vincent Daheron ajoute Adrien Petit (Intermarché-Wanty-Gobert) pour la cinquième étape et Alexis Vuillermoz (TotalEnergies) sur la sixième.

Christophe Laporte de la Jumbo-Visma lors de Gand-Wevelgem, le 27 mars 2022. (DIRK WAEM / BELGA)

En deuxième semaine Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) pourrait trouver son bonheur sur sa montée de la Super Planche des Belles Filles. "Impossible de ne pas supposer une attaque", entend-on. Un peu plus tard, ce sera sur les étapes de montagne que les autres s'illustreront. A commencer par Romain Bardet (Team DSM). L'étape 17 à Peyragudes semble idoine pour celui qui l'a emporté sur le même altiport en 2017. Victor Lafay (Cofidis) a aussi été cité pour cette même étape. 

On voit aussi Bardet jouer la gagne à Megève (étape 10), au Granon (étape 11), ou encore à l'Alpe d'Huez (étape 12). Enfin, Guillaume Martin (Cofidis) fait encore et toujours figure d'épouvantail.

Les coureurs surprises : Hagen, Cosnefroy, Barguil et Grossschartner pour le plaisir

Ils devraient animer les trois semaines de compétition, notamment lorsque la route s'élève un peu. La surpise pourrait venir de Norvège avec Carl Fredrik Hagen (Israel-Premier Tech), selon Andréa La Perna, qui "risque de s'enfiler des kilomètres d'échappée en montagne pour rappeler qu'il existe encore, car il revient bien."

Les deux AG2R Citroën Aurélien Paret-Peintre et Benoît Cosnefroy ainsi que Warren Barguil (Arkéa-Samsic) ont été cités. Un autre Tricolore a eu les faveurs des pronotics car "encore assez peu connu du public" : Victor Lafay (Cofidis). "Il peut gagner une étape. Peut-être pas les plus grosses en montagne, mais entre Morzine et Megeve [étape 10], chez lui en plus, ou bien entre Carcassonne et Foix [étape 16], ça peut le faire", avance Hortense Leblanc.

Victor Lafay lors de sa victoire à Guardia Sanframondi sur le Tour d'Italie, le 15 mai 2021. (DARIO BELINGHERI / AFP)

Enfin, là aussi dans la caste des grimpeurs, le récent champion d'Autriche, Felix Grossschartner, est évoqué par Louis Delvinquière "Il peut, à l'image de Lennard Kämna sur le Giro, partir en échappée pour, au cas où, aider son leader Aleksandr Vlasov, sinon aller chercher la victoire". Enfin, le champion olympique de VTT, Tom Pidcock (Ineos Grenadiers), devrait avoir sa carte à jouer sur certaines étapes malgré son travail pour ses leaders , tout comme Neilson Powless.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.