Cet article date de plus d'un an.

Tour de France 2023 : un duel entre Vingegaard et Pogacar attendu, record d'ascensions, les Français en trublions… Ce qu'il faut savoir de la 110e édition

La Grande Boucle s'élance samedi du Pays basque pour trois semaines intenses jusqu'aux Champs-Elysées, le 23 juillet prochain.
Article rédigé par franceinfo: sport, Loris Belin
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le duel entre Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard, David Gaudu carte maîtresse dans les rangs tricolores et le parcours de la Grande Boucle : le Tour de France 2023 s'annonce riche en grands moments. (AFP)

C'est l'heure du grand rendez-vous sportif de juillet dans l'Hexagone. Le Tour de France reprend ses droits, un an après le premier sacre de Jonas Vingegaard. Le Danois est de nouveau l'un des prétendants à la victoire finale. Il pourrait être à l'œuvre dès ce samedi 1er juillet dans les rues de Bilbao, théâtre du grand départ de cette 110e édition du Tour. Voici tout ce qu'il faut savoir de ces trois semaines avant le début de la course.

30 cols, un seul chrono : un parcours taillé pour les grimpeurs

Il va falloir aimer la grimpette sur ce Tour 2023. Le parcours est dans la lignée ce que propose l'épreuve ces dernières années : des étapes plus courtes et plus nerveuses, mais aussi une variété de décors pour faire briller les plus montagnards du peloton. Les cinq grands massifs français (Pyrénées, Massif central, Jura, Alpes et Vosges) sont au rendez-vous, avec un record historique de trente cols de 2e catégorie minimum. Les pentes basques courtes mais aux pourcentages importants serviront de d'apéritif avant les premiers sommets pyrénéens, dès la 6e étape. La première semaine se conclura avec l'ascension terrible du Puy-de-Dôme.

Sprinteurs et rouleurs n'auront pas droit à la plus grosse part du gâteau. Un seul contre-la-montre est prévu (22,4 km lors de la 16e étape) et peu d'arrivées semblent propices à des sprints massifs. La promesse d'une foire d'empoigne permanente pour les favoris du classement général est grande. La 17e étape conclue à Courchevel après être passée par le Col de la Loze, toit de ce Tour 2023, pourrait être décisive. À moins que tout ne se décide la veille de l'arrivée, dans les Vosges, un théâtre rare pour une possible ultime explication. C'est pourtant bien sur les pentes du Markstein qu'Annemiek van Vleuten avait mis la main sur le Tour de France féminin l'an passé.

Dévoilé jeudi 27 octobre, le parcours du Tour de France 2023 est particulièrement exigeant. Les coureurs traverseront les cinq massifs de montagne de l'Hexagone. (FRANCEINFO)

Vingegaard et Pogacar (très) grands favoris

Ils avaient marqué l'édition 2022 de leur empreinte. Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar sont à nouveau les deux grands prétendants à la victoire. Pogacar (UAE) sera forcément revanchard après avoir été privé du triplé sur le Tour la saison passée. Parti sur des bases exceptionnelles en début de saison, il a bouclé sa campagne de classiques avec un poignet cassé, sur Liège-Bastogne-Liège, le 23 avril. Même s'il vient de s'adjuger les deux titres nationaux (contre-la-montre et sur route) en Slovénie, il y a toujours un point d'interrogation quant à sa condition physique.

A l'inverse, Vingegaard (Jumbo-Visma) a parfaitement réussi sa préparation en s'imposant sur le Critérium du Dauphiné avec une grande facilité (2 étapes et le classement général), en plus de se présenter sur la ligne de départ avec le statut de vainqueur sortant.

Derrière, la concurrence semble loin, mais elle n'est pas moins féroce. Les candidats au Top 3 ne manquent pas. Les Australiens Ben O'Connor (AG2R Citroën) et Jai Hindley (Bora Hansgrohe), les Espagnols Enric Mas (Movistar) et Mikel Landa (Bahrain-Victorious) ou encore les nombreuses cartes de l'équipe Ineos Grenadiers (Egan Bernal, Carlos Rodriguez, Daniel Felipe Martinez) pourraient animer ce Tour de France.

Jonas Vingegaard devance Tadej Pogacar, le 21 juillet 2022, lors de la 18e étape du Tour de France entre Lourdes et Hautacam. (THOMAS SAMSON / AFP)

Les meilleures chances françaises : Gaudu, Bardet, Alaphilippe, Pinot, Martin

Pour jouer le possible premier maillot jaune du Tour, voire espérer jouer les trouble-fêtes pendant trois semaines, Julian Alaphilippe (Soudal – Quick-Step) sera à surveiller de près. Le double champion du monde semble avoir retrouvé la forme et l'appétit sur les courses à étapes. Autre grand nom tricolore du peloton au départ, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) va vivre une ultime Grande Boucle, pour le plaisir, et pour accompagner David Gaudu, 4e l'an passé.

Romain Bardet (DSM – Firmenich) et Guillaume Martin (Cofidis) viseront eux aussi une belle place au général, a minima dans les dix premiers. Pour les victoires d'étapes, Christophe Laporte (Jumbo-Visma) ou Bryan Coquard (Cofidis) tenteront de faire parler leur pointe de vitesse.

Les équipes engagées

  • AG2R Citroën Team
  • Alpecin Deceuninck
  • Arkea-Samsic
  • Astana Qazaqstan
  • Bahrain Victorious
  • Bora-Hansgrohe
  • Cofidis
  • DSM - Firmiench
  • EF Education-Easypost
  • Groupama-FDJ
  • Ineos Grenadiers
  • Intermarché-Circus-Wanty
  • Israel-Premier Tech
  • Jayco AlUla
  • Jumbo-Visma
  • Lidl - Trek
  • Lotto dstny
  • Movistar
  • Soudal Quick-Step
  • UAE Team Emirates
  • Uno-X Pro Cycling Team
  • TotalEnergies

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.