Tour de France 2024 : la Cofidis avec Guillaume Martin, des grimpeurs et des sprinteurs pour briller sur tous les terrains

L'équipe nordiste s'avance avec un effectif complet aux profils variés qui pourra lui permettre de briller sur tous les terrains, à partir de samedi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Guillaume Martin, dixième du Tour de France 2023, sera une nouvelle fois le leader de la Cofidis sur la Grande Boucle 2024. (THOMAS SAMSON / AFP)

Choisir, c'est ne pas renoncer, pour la Cofidis. Pour le Tour de France 2024, qui s'élance samedi 29 juin de Florence, l'écurie tricolore a retenu huit profils différents, et donc complémentaires. On retrouve ainsi Guillaume Martin, leader naturel de cette formation et une nouvelle fois candidat à une place d'honneur au classement général (il a fini entre la 8e et la 12e place lors de quatre des cinq dernières éditions).

Le Français sera, pour cela, épaulé en montagne par Ion Izagirre et Jesus Herrada, tandis que Simon Geschke pourrait jouer sa carte dans des échappées, tout comme le jeune Alexis Renard. Des noms déjà connus depuis quelques semaines, et rejoints lundi 24 juin par le Français Axel Zingle et le Belge Piet Allegaert, qui vont renforcer le train de Bryan Coquard dans les arrivées au sprint.

Faire aussi bien qu'en 2023

"Il y a beaucoup d'excitation. C'est la course majeure de l'année, je suis très content d'en faire partie. Ma préparation a été idéale, j'ai vraiment hâte de voir ce que ça peut donner", a commenté, dans le communiqué de l'équipe, Axel Zingle, qui a découvert le Tour de France l'an dernier (142e à l'arrivée). A 25 ans, il est, avec Alexis Renard, le benjamin de la formation nordiste.

L'objectif de l'équipe sera "d'aller chercher une victoire d'étape", a indiqué le manager général Cédric Vasseur.

L'année dernière, après quinze ans de disette, Cofidis avait décroché deux victoires (Victor Lafay lors de la 2e étape et Ion Izagirre lors de la 12e) et une dixième place au général avec Guillaume Martin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.