Cet article date de plus d'un an.

Tour de France 2023 : Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar "sont au-dessus du lot", salue le président de la Fédération française de cyclisme

Michel Callot, le président de la fédération française de cyclisme, réagissait à la victoire de Jonas Vingagaard sur le Tour de France, qui s'est terminé ce dimanche 23 juillet.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le maillot jaune Jonas Vingegaard (au centre), entouré du deuxième au classement Tadej Pogacar (à gauche), et d'Adam Yates (à droite), troisième du Tou de France 2023. (MARTIN DIVISEK / EPA)

Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar "sont au-dessus du lot, c'est incontestable", a salué dimanche 23 juillet sur franceinfo Michel Callot, le président de la Fédération française de cyclisme (FFC), après la victoire du Danois Jonas Vingegaard, qui a remporté son deuxième Tour de France d'affilée, devant le Slovène Tadej Pogacar.

>> Tour de France 2023 : des équipes françaises aux avant-postes, un duel épique, des spectateurs indisciplinés... Ce qu'on a aimé et moins aimé de la 110e édition

Michel Callot assure par ailleurs qu'il y a eu "d'énormes efforts" de fait pour lutter contre le dopage. Le président de la FFC fait également part de sa "déception" des résultats décevants des Français mais reste optimiste pour les années qui viennent.

franceinfo : Est-ce que ce Tour de France vous a plu dans son intensité et dans cette lutte entre les deux premiers du classement général ?

Michel Callot : Oui, je pense que c'est à l'image de nombreuses courses ces dernières années. On a vu, avec la campagne des classiques, des courses très engagées, très spectaculaires. La lutte qu'il y a eue entre Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar est de ce niveau-là. Ils sont effectivement au-dessus du lot, ça c'est incontestable.

Mais je pense que le duel qu'ils ont livré a amené beaucoup de passion autour du Tour de France. Il y a eu bien évidemment tous les autres mouvements de course qui étaient intéressants. Mais ça, c'était au-dessus du lot.

Il y a eu un climat de suspicion qui s'est installé juste après la victoire écrasante de Jonas Vingegaard dans le contre-la-montre de Combloux. Il y a des contrôles dans le cyclisme et tout est fait pour essayer de croire le plus possible en la probité des coureurs ?

Oui, je pense qu'il y a d'énormes efforts qui ont été faits depuis pas mal d'années maintenant par l'Union cycliste internationale, par le système également, qu'il soit français ou international, de lutte contre le dopage. Ces éléments sont très importants pour garantir l'équité dans le sport et dans le cyclisme en particulier.

Mais cette suspicion, il faut arrêter de la mettre spécialement sur le cyclisme. Pourquoi ne pas avoir des suspicions pour d'autres exploits dans d'autres sports à ce moment-là ? Je pense simplement qu'il faut respecter les athlètes tout en ayant - et ça, c'est là le souci des institutions - tout en ayant toujours la préoccupation de faire le maximum pour essayer de contrôler et d'éviter la tricherie.

Il y a eu une victoire seulement pour le clan français sur ce Tour de France. Au classement général, les Français sont à plus de 20 minutes. Est-ce que ce tour a été plus compliqué pour les Tricolores ?

Oui, c'est la déception de ne pas avoir eu plus de résultats alors qu'on a eu beaucoup de Français à l'attaque, très régulièrement dans la bonne échappée, mais malheureusement en difficulté quand même pour pouvoir conclure avec des victoires. Donc cela reste un peu décevant, c'est sûr, à l'échelle du cyclisme français.

>> France Télévisions reste diffuseur du Tour de France et du Tour de France Femmes jusqu'en 2030

Mais je pense que le tempérament de nos coureurs sur les routes du Tour de France doit nous encourager à ce que les prochaines années soient meilleures. Et puis les générations vont continuer à se renouveler et il n'y a pas de raison qu'on ne retrouve pas très rapidement des coureurs français à la fois vainqueurs d'étape et dans les tout premiers du classement général.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.