Cet article date de plus de neuf ans.

Xavi: "La clé sera la possession de balle"

Le milieu de terrain de l'Espagne Xavi Hernandez a estimé que la clé de la finale de l'Euro, dimanche à Kiev, contre l'Italie serait la bataille pour "la possession de balle" face à des Azzurri dont il juge qu'ils ont "beaucoup évolué" au cours de ces dernières années.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Q: L'Italie est l'équipe qui vous a le plus malmenés dans cette  compétition. C'est d'ailleurs la seule à avoir marqué contre vous. Que  pensez-vous faire pour mieux la contrôler cette fois-ci?
R: "C'est vrai qu'ils nous ont bien compliqué la vie. C'est une équipe qui  a su évoluer. Ce n'est plus ce fameux +catenaccio+ que l'on connaissait il y a  quelques années. Désormais c'est une équipe qui aime aussi avoir le ballon.  C'est pourquoi je pense que l'une des clés du match va être la possession de  balle. De toutes les façons, cela va être dur. C'est une équipe de  compétiteurs, une génération de joueurs de talent."
   
Q: Comment vous sentez-vous sur cet Euro après une longue saison?
R: "Je me sens bien. Cela me remplit de joie d'être un élément qui  participe à nos victoires. J'aurais peut-être aimé peser un peu plus dans  certains matches. Mais dans l'ensemble, je suis bien, en harmonie avec le style  de cette équipe."
   
Q: Comment vous sentez-vous à la veille de disputer votre troisième finale  en quatre ans et de pouvoir peut-être entrer dans l'histoire avec un triplé  Euro-Mondial-Euro inédit?
R: "Si on nous avait dit cela il y a quinze ans, quand nous commencions  avec Casillas dans les catégories de jeunes de l'équipe nationale, nous ne  l'aurions pas cru. Cela démontre que nous possédons une génération fantastique  de footballeurs qui peuvent marquer l'histoire. Nous allons maintenant essayer  d'améliorer encore le palmarès de cette génération."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.