Cet article date de plus de six ans.

La Pologne championne du Monde de volley

Devant 12 000 spectateurs, la Pologne a remporté sur son sol son deuxième titre mondial, quarante ans après le premier, en dominant le Brésil, triple tenant du titre, 3 sets à 1 (18-25, 25-22, 25-23, 25-22), dimanche à Katowice. Les Polonais prennent leur revanche sur les Auriverde qui les avaient battus en finale du Championnat du monde il y a huit ans à Tokyo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La joie des volleyeurs polonais (VLADIMIR PESNYA / RIA NOVOSTI)

Le match a ainsi bien débuté pour l'équipe du pays hôte, qui avait réussi à prendre rapidement un avantage notable sur une attaque de sa gâchette Mariusz Wlazly (9-5). "Les Brésiliens ne sont que des humains, ils ne tiendront pas le choc", hurlait alors le speaker au public. Mais, à ce moment précis, les triples champions du monde ont enclenché la vitesse supérieur pour refaire leur retard et repasser devant leurs adversaires. En contrant Klos, Lucas creusait l'écart (16-11) pour son équipe qui allait faire fructifier son avance jusqu'au bout du set (25-18).

La Pologne au rendez-vous des moments clés

Les Polonais sortaient de leur torpeur dans la deuxième manche pour déferler sur des Auriverde dont les attaques ne passaient plus. Mais largement devant au score (17-11), les hommes de Stéphane Antiga connaissaient subitement un passage à vide. Les Brésiliens saisissaient l'occasion pour inscrire une série de six points d'affilée conclue par le virevoltant Wallace (17-17). Portée par un Mika déchaîné dans ce set et aidée par un contre, plein d'autorité de son capitaine Michel Winiarski, intervenu au à point nommé (23-21), le Pologne allait faire la différence.

Le match devenait de plus en plus serré mais la Pologne arrivait à tirer son épingle du jeu dans les moments cruciaux. Mika, encore lui, trouvait la diagonale (24-23) et derrière, Lucarelli expédiait son smash en dehors du terrain (25-23). Dans le dernier acte, les Brésiliens semblaient être capable de provoquer un tie break après une bonne inspiration de Lucarelli (17-20). Mais la Pologne, encore, allait les faire craquer. A noter que l'Allemagne a décroché un peu plus tôt dans l'après-midi la médaille de bronze aux dépens de la France.

Comme maigre consolation, le Français Jenia Grebennikov a été désigné meilleur libéro de la compétition, tandis que le Polonais Mariusz Wlazly a été élu meilleur joueur de ce Championnat du Monde.
(Pologne).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat du monde de volley

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.