Vendée Globe : Samantha Davies a dû se "faire violence" pour finir malgré son abandon

La navigatrice britannique avait heurté un objet flottant non identifié au mois de décembre, la contraignant à faire escale en Afrique du Sud. C'est son engagement pour le projet Initiatives-cœur, au profit des enfants malades, qui lui a donné la force de continuer.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La navigatrice britannique Samantha Davies à son arrivée aux Sables-d'Olonne (Vendée), vendredi 26 février 2021. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Mentalement, toute seule au milieu des mers du Sud après un accident comme ça, j’ai dû me faire violence pour continuer", confie sur franceinfo vendredi 26 février lSamantha Davies. La skipper britannique d’Initiatives-cœur vient de boucler le VendéGlobe après un abandon et une escale forcée en Afrique du Sud, début décembre.

franceinfo : Vous avez symboliquement franchi la ligne d’arrivée aujourd’hui après avoir été contrainte à l’abandon début décembre, ça a été dur pour vous de repartir hors course après votre accident ?

Samantha Davies : Oui c’était dur… J’étais bien dans le match quand j’ai subi cette collision. Et quand je suis repartie j’étais tout seule loin derrière. Je me suis fait très peur dans la collision donc j’avais peur qu’il m’arrive autre chose. J’avais des côtes cassées, j’avais aussi très mal durant les premières semaines après mon deuxième départ. C’était beaucoup plus dur que ce que j’avais imaginé. Une difficulté autre que la simple difficulté physique de la régate. Mentalement, toute seule au milieu des mers du Sud après un accident comme ça j’ai dû me faire violence pour continuer.

Qu’est-ce qui vous a poussé à aller au bout, à franchir cette ligne d’arrivée malgré cet abandon ?

J’avais plein de raisons de continuer. C’est vrai que j’étais très déçue d’être obligée de faire escale à cause d’une collision avec un ofni [objet flottant non identifié] et que je me suis fait peur dans cette collision, j’étais bien dans le match et dans ma course mais le projet Initiatives-cœur ce n’est pas que la performance.

Heureusement j’ai un autre objectif c’est de sauver les enfants, soutenir le mécénat chirurgie cardiaque. Donc pour cet objectif-là je n’ai pas besoin de faire la course pour le résultat, simplement de partager mon aventure.

Samantha Davies

à franceinfo

Donc je pouvais continuer ce tour du monde. Pour moi déjà faire ce tour du monde en solitaire c’était génial. J’ai passé quatre ans à préparer ça avec mon équipe, avec mes partenaires donc c’est un engagement que je voulais tenir. Mais le plus important c’était de continuer à lever de l’argent pour sauver des enfants. Et c’est une réussite puisqu’aujourd’hui quand j’ai passé la ligne on avait récolté assez d’argent pour sauver 102 enfants.

Vous avez été accueillie malgré tout à l’arrivée même si la course est officiellement terminée ?

Oui j’ai eu un super accueil, je remercie tout le public qui est venu à l’arrivée aux Sables-d’Olonne aujourd’hui. Il faisait super beau à midi quand je suis arrivée donc c’était vraiment bien. Il y avait aussi beaucoup de public sur les lives, sur les réseaux sociaux et l’organisation de la course m’a aussi fait un super accueil quand même avec une conférence de presse. C’était comme si j’avais fini la course, donc je les remercie pour ça en plus de m’avoir suivie, d’avoir veillé à ma sécurité même hors course.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.