Vendée Globe : Le Cléac'h en tête, c'est aussi le succès d'une technologie "made in France"

A deux semaines environ de l'arrivée du Vendée Globe, Armel Le Cléac'h sur Banque Populaire VIII file toujours en tête du tour du monde en solitaire. Dans le sillage de sa performance, c'est aussi le succès d'un bateau 100% français qui s'impose.

Armel Le Cléac\'h sur son monocoque, symbole de la technologie \"made in France\" 
Armel Le Cléac'h sur son monocoque, symbole de la technologie "made in France"  (LOIC VENANCE / AFP)

Le vainqueur du Vendée Globe devrait être sacré dans deux semaines environ. Ce mercredi 4 janvier, le grand favori, Armel Le Cléac'h reste le mieux placé pour s'imposer.  En plus de la prouesse sportive qui se confirme, se profile aussi un succès technologique 100% français. Son bateau a été entièrement conçu dans l'hexagone. Au fil des ans, la France est devenue leader mondial en matière de course au large en solitaire avec des bateaux et de la technique "made in France".

Le 100% français a le vent en poupe

Les voiles du monocoque d'Armel Le Cléac'h ont été taillées dans un atelier du Morbihan, à Vannes. La quille du bateau a été façonnée par une entreprise de Vendée. Les capteurs de vent ont été installés par une petite société bretonne, NKE Marine Electronics, installée à Hennebont, près de Lorient. Avec son équipe de 14 salariés, cette entreprise est devenue, en quelques années, numéro un français dans la mise au point des pilotes automatiques. Si les participants au Vendée Globe doivent affronter le gros temps, le directeur de NKE Marine Electronics, Paul Fraisse, doit, lui, se confronter à la concurrence industrielle et financière.  "Notre concurrent vient de se faire racheter par Goldman Sachs aux Etats-Unis" explique Paul Fraisse. "Nous, nous sommes franco-français breton en face d’une société qui a beaucoup de moyens. Mais l’arme que nous avons, c’est l’innovation" ajoute-t-il. 

Une technologie mer, terre, air

Dans la compétition internationale qui se joue là sur terre, il s'agit d'innover pour toujours avoir un temps d'avance et rester en haut de la vague. C'est le cas pour le secteur pointu des matériaux composites destinés à la fabrication des coques de bateau. C’est un domaine high-tech que se partagent deux spécialistes en France, dont CDK Technologies, basée à La Forêt-Fouesnant dans le Finistère. Cette entreprise de 70 salariés possède un savoir-faire sur lequel lorgnent d'autres secteurs que le nautisme. "Notre travail peut intéresser d’autres activités industrielles qui ont besoin de minutie" indique Philippe Facque, un ancien skipper et responsable de CDK Technologies. Et il ajoute : "Nous avons donc des contacts dans l’aéronautique, l’hydrolien... "  

Plus d'une centaine d'entreprises, représentant un millier d'emplois, sont installées en Bretagne sud. Ce territoire, baptisé la "Sailing Valley", est même devenu un modèle dans le monde, y compris pour les Anglo-Saxons.  

Le succès d'une technologie "made in France" avec le bateau de Le Cléac'h : un reportage de Jérôme Val
--'--
--'--