Cet article date de plus de quatre ans.

Les premiers skippers du Vendée Globe entrent dans le "Pot au noir"

Les skippers du Vendée Globe débutent, le 14 novembre, leur neuvième jour de course. Le Britannique Alex Thomson navigue en tête, suivi par quatre Français. Les premiers s'apprêtent à entrer dans le "Pot au noir", une zone particulièrement difficile.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le skipper britannique Alex Thomson au départ du Vendée Globe, le 6 novembre 2016. (LOIC VENANCE / AFP)

Alors que les skippers entament leur neuvième jour de course, les premiers entrent dans le "Pot au noir", une zone difficile proche de l'équateur, qui mêle intempéries et absence de vent.

Le leader, le Britannique Alex Thomson, navigue avec une trentaine de milles d’avance sur les Français Armel Le Cléac'h et Sébastien Josse. Il est à 400 milles de l’Equateur, où le temps de référence établi par Jean Le Cam (10 jours, 11 heures, 28 minutes) risque d’être pulvérisé sous 36 heures. Morgan Lagravière (Safran), sixième de la course, le 14 novembre à 9 heures, est presque à 70 miles derrière le Gallois dont le style l'étonne encore.

Le skipper Morgan Lagravière étonné par le style d'Alex Thomson
écouter

Quatre Français derrière Alex Thomson

Au classement,  le lundi 14 novembre peu après 9 heures,  Alex Thomson (Hugo Boss) est à 21 775 milles de l’arrivée. Il est suivi par quatre Français. Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) à 38 milles du leader, talonné par Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) en deuxième position. Vincent Riou (PRB) est en troisième position à 45,1 milles et Jérémie Beyou (Maître Coq) en cinquième à 53,3 milles.

Le "Pot au noir", également appelé zone de convergence intertropicale, représente une ceinture, de quelques centaines de kilomètres du nord au sud, de zones de basses pressions entourant la Terre près de l'équateur entre l'Afrique et l'Amérique du sud.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vendée Globe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.