Violences sexuelles dans les sports de glace : un président de club fait part de "son malaise" et "appelle à se réveiller et réagir"

Damien Boyer-Gibaud, président du club Angers danse & sports de glace, réagit jeudi sur franceinfo à la conférence de presse donnée la veille par Didier Galhaiguet, le président de la fédération des sports de glace.

Une patineuse s\'entraîne sur la glace (illustration).
Une patineuse s'entraîne sur la glace (illustration). (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

"Je suis assez surpris par le silence qui règne depuis une semaine de la part de tous ceux qui ont réellement le pouvoir. Il faut se réveiller et réagir", a expliqué jeudi 6 février sur franceinfo, Damien Boyer-Gibaud, président du club Angers danse & sports de glace, après la conférence de presse donnée mercredi par Didier Galhaiguet, le président de la fédération des sports de glace.

Il fait part de "son malaise par rapport à cette situation, j'ai été assez choqué par la manière dont la conférence de presse et sa défense ont été menées. Ça m'a beaucoup interpellé. J'appelle les présidentes et les présidents de clubs à se réveiller", a-t-il lancé.

On a reçu la tournée de l'équipe de France en 2018, on était à Angers, je me suis retrouvé un moment à côté de M. Beyer [entraîneur que Sarah Abitbol accuse de l'avoir violée] et j'ai pu constater un regard, un geste un peu déplacé sur une jeune patineuse de l'équipe de France. Ça m'a choqué et j'ai fait remarquer ça au staff. Damien Boyer-Gibaud.Damien Boyer-Gibaudà franceinfo

"On a des athlètes qui restent silencieux, ils sont en pleine carrière et je les comprends, explique-t-il. On a une famille d'officiels dans les sports de glace, des gens nommés par la fédération." "Tous ces gens-là, poursuit Damien Boyer-Gibaud, on comprend que ce soit délicat pour eux de s'exprimer. Mais par contre, nous présidents de clubs, on a une vraie indépendance. Ce sont les présidentes et les présidents de clubs qui élisent le président de la fédération des sports de glace. Nous, on a un vrai pouvoir et on doit bouger face au manque de moralité du président de la fédération des sports de glace."

"Le président d'une fédération a un devoir moral"

"Didier Gailhaguet a traité la ministre de 'moralisatrice', elle l'est parce que c'est son rôle, on est justement dans un devoir moral. Le président d'une fédération, d'une ligue ou d'un club a une responsabilité, il a un devoir moral", a insisté, Damien Boyer-Gibaud. "Aujourd'hui, je dis à Didier Gailhaguet : 'Vous n'avez plus ma confiance'."

"Je n'étais pas au courant de tout ce qui se passait, conclut-t-il. Je suis dans les sports de glace depuis 2014. Je revendique de faire partie des nouveaux visages des sports de glace et je suis président depuis 2017. J'ai eu des petites allusions çà et là depuis quelques années sur certaines choses qui m'ont choqué, j'ai toujours essayé d'en savoir plus et j'ai pu constater le silence qui tombe tout de suite", sur ces questions."