Cet article date de plus de six ans.

"J'ai pris un coup derrière la tempe, je suis tombé KO" : un arbitre de football amateur raconte son agression dans l'Essonne

Un arbitre de football amateur a témoigné, mardi sur franceinfo, après son agression sur un terrain de l'Essonne ce week-end : "On dirait que c'est devenu banal."

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Illustration. (MAXPPP)

Une fois de plus, un arbitre a été victime d'une agression sur un terrain de football amateur. "Tout le monde a commencé à venir sur moi", témoigne Yassine Sahli mardi 27 février, sur franceinfo. L'agression a eu lieu dimanche lors d'un match de championnat de district entre Vert-le-Grand et le Racing Club Arpajonnais dans l’Essonne.

Il y en a un qui m'insulte, qui insulte ma mère. Je lui mets un carton rouge. Il ne veut pas sortir.

Yassine Sahli, l'arbitre de la rencontre

à franceinfo

Insulté et mis en danger après l'expulsion d'un joueur, Yassine Sahli décide d'interrompre le match. L'arbitre est alors roué de coups par plusieurs joueurs et par le président du club Vert-le-Grand.

Yassine Sahli raconte avoir essayé de "s'esquiver à droite", mais là "c'est l'arbitre assistant de la rencontre, le président du club de Vert-le-Grand, avec son drapeau de touche" qui lui "met un coup de poing et un coup de pied", se souvient la victime. Ensuite, "j'ai pris un coup derrière la tempe, détaille Yassine Sahli. Je suis tombé KO, j'ai perdu connaissance pendant 2-3 minutes, au dire des personnes."

Démission

Suite à cette agression, Yassine Sahli se voit prescrire sept jours d’interruption temporaire de travail en raison d'un traumatisme crânien. Il a décidé de porter plainte et d'arrêter l'arbitrage. "On dirait que c'est devenu banal que l'arbitre se fasse frapper, agresser, s'insurge-t-il. Je compte prendre mon écusson, mon sifflet et mes cartons et je vais aller au district. Symboliquement je vais leur donner en leur disant merci et au revoir, je ne peux plus continuer. Je ferai une lettre de démission."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.