Vendée Globe : galères et rebondissements à 12 jours de l’arrivée

Les 25 skippers du Vendée Globe encore en course racontent leurs galères et les rebondissements qui surviennent après 68 jours en mer. 

France 2

À 12 jours de l’arrivée du Vendée Globe, rien n’est joué. Cinq skippers au coude-à-coude sont susceptibles de remporter cette 9ème édition. Thomas Ruyant, en 4ème position, s’octroie rarement plus de 90 minutes de sommeil d’affilée et prend sa douche au thermos. Ce solitaire a passé 68 jours en mer, tout comme ses concurrents qui se talonnent au large du Brésil. Jamais le final d’un Vendée Globe n’aura été aussi indécis, avec 500 kilomètres qui séparent Jean Le Cam, 5ème de la course, de Charlie Dalin, 1er. "Ça a été une remontée de l’Amérique du Sud pleine de rebondissements, plutôt en ma faveur d’ailleurs", confie ce dernier.

Voiles abîmées et repas qui viennent à manquer

Le Vendée Globe est aussi synonyme de galères pour les navigateurs. Perchée à 19 mètres de hauteur, en haut de son mât, Clarisse Crémer, 12ème, ne parvient pas à réparer une voile abîmée. Armel Tripon, 11ème de la course, va moins vite qu’il ne pensait, et se voit obligé de se rationner à un repas par jour. 25 marins sur 33 au départ sont encore en course. La route est encore longue avec 40% du tour du monde encore à compléter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Charles Dalin (Apivia) au départ du Vendée Globe, le 8 novembre 2020, aux Sables-d\'Olonne.
Charles Dalin (Apivia) au départ du Vendée Globe, le 8 novembre 2020, aux Sables-d'Olonne. (THIBAUD VAERMAN / HANS LUCAS / AFP)