Cet article date de plus de dix ans.

V comme Vilas

Guillermo Vilas fût l’une des stars de Roland-Garros dans les années 70. Vainqueur en 1977 et trois fois battu en finale par les Suédois (1975 et 1978 par Bjorn Borg, 1982 par Mats Wilander), l’Argentin a été une véritable coqueluche au moment du boom du tennis.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Argentin Guillermo Vilas, le tombeur de ces dames dans les années 70

Avec son bandeau et son physique de bellâtre latino, ce gaucher puissant et infatigable imposait une cadence infernale à ses adversaires. Peu résistaient à son coup droit dévastateur même si Borg su s’en accommoder lors de deux finales à sens unique. Celle de 1982 contre Wilander laissa davantage de regrets au Sud-Américain, usé par la longueur du match (4h46) qui ne dura pourtant que quatre sets (et avec un 6-0 en prime).

Le taureau réalisa un ultime exploit en atteignant les quarts de finale en 1986 avec au passage une victoire en cinq sets contre Guy Forget. Mais le Sud-Africain Johan Kriek n’en fit qu’une bouchée. Egalement vainqueur de l'US Open et de l'Open d'Australie à deux reprises, et surtout détenteur du record de matchs gagnés consécutivement, Guillermo Vilas laissera une trace indélébile dans le cœur de nombreuses Françaises…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.