Cet article date de plus de huit ans.

Treize joueurs de basket sanctionnés après une bagarre en Pro A

Le 14 décembre, des joueurs du Paris-Levallois et de Gravelines-Dunkerque s'étaient affrontés dans une bagarre, à quelques secondes de l'issue du match.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des joueurs de Gravelines-Dunkerque (en bleu) et Paris-Levallois (en blanc) se bagarrent, le 14 décembre 2013, à Paris. (MAXPPP)

La rencontre entre Paris-Levallois et Gravelines-Dunkerque avait été arrêtée à huit secondes de la fin, à cause d'une bagarre, le 14 décembre. La commission de discipline de la Ligue nationale de basket a suspendu, vendredi 27 décembre, six joueurs impliqués dans les violences et prononcé des peines avec sursis contre sept autres. Le Parisien Jawad Williams a écopé de la plus lourde sanction, avec une exclusion des parquets jusqu'au 30 mars, toutes compétitions confondues.

Les autres joueurs punis de suspension ferme sont, côté Paris-Levallois, Daniel Ewing (6 matchs) et, côté Gravelines, Cyril Akpomedah (6), Yannick Bokolo (4 matches dont 2 ferme), Yakhouba Diawara (3 dont 1) et John Holland (2 dont 1). Les joueurs peuvent faire appel auprès de la Fédération française de basket-ball mais la procédure ne sera pas suspensive. Gravelines a d'ores et déjà annoncé que ses joueurs avaient l'intention de "faire appel de ces sanctions" jugées "iniques" par le club.

Les huit dernières secondes bientôt jouées ?

Ce soir-là, une échauffourée avait éclaté après une altercation opposant l'arrière parisien Daniel Ewing au Français Yannick Bokolo. L'Américain Jawad Williams avait alors enserré par le cou John Holland, un joueur de Gravelines, pendant une dizaine de secondes, et des coups avaient été échangés.

Les dernières secondes du match vont devoir être disputées, avant le 11 janvier, a décidé la Ligue nationale de basket. Le résultat avant l'interruption de la rencontre (86-78 pour les Parisiens) n'a pas été homologué, le règlement stipulant que tout match entamé aille à son terme. Le match reprendra sur le score en vigueur au moment de l'interruption. Le club de Gravelines a fait appel de cette décision, indique un journaliste de L'Equipe sur Twitter. Le club nordiste voudrait soit voir le résultat homologué, pour ne pas avoir à se déplacer pour huit secondes, soit rejouer le match entier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.