Tour de France : Thibaut Pinot piégé par ses adversaires, "peut-être un manque d'expérience" pour Jean-François Bernard

Alors que Wout Van Aert (Team Jumbo-Visma) a remporté lundi la 10e étape du Tour de France, la journée a été marquée par un coup de bordure provoqué par la Quick Step de Julian Alaphilippe, où Thibaut Pinot s'est retrouvé piégé.

La belle alliance entre les deux Français, Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe, n'aura pas duré très longtemps. La Quick-Step a organisé une bordure à 32 kilomètres de l'arrivée de la 10e étape du Tour de France.

>> Tour de France 2019 : Thibaut Pinot perd plus d'une minute, Wout van Aert prend l'étape

Un coup fatal porté à Thibaut Pinot, qui se trouvait dans les dernières places du peloton à ce moment-là. À l'arrivée, 1 minute 40 de rebours pour le Franc-Comtois, et du temps perdu sur Egan Bernal et Geraint Thomas sur une étape a priori sans danger. 

C'est quoi, une bordure ?

Explication de Jean-François Bernard, ancien coureur et consultant de franceinfo sur le Tour 2019 : "Lorsqu'il y a du vent qui vient sur le côté, on ouvre une bordure, c'est à dire qu'on tient toute la route. Mais ensuite, il n'y a plus de place pour le dernier qui est de l'autre côté, que ce soit à droite ou à gauche. Le coureur se retrouve alors "dans la "caillasse", c'est à dire qu'on est à la limite du fossé, donc celui qui n'est plus à l'abri doit réouvrir une nouvelle bordure à l'arrière", raconte note consultant.

"C'est ce qui s'est passé aujourd'hui, et on a vu que les Quickstep, aidés par les Ineos, ont provoqué cette bordure qui a fait la cassure, et surtout qui nous a fait un final d'anthologie quelque part sur le Tour, dans une étape qu'on ne pensait pas se terminer comme celle-là", affirme-t-il.

Alaphilippe a-t-il piégé Pinot ?

"C'est vrai que c'est rare de voir un maillot jaune provoquer la bordure, mais Julian, on sait qu'il est fort partout", ajoute Jean-François Bernard. "Je pense que dans les oreillettes, on lui a dit 'vous tentez, on verra bien ce qui se passera et on verra bien qui sera piégé', et à mon avis, c'est ce qui s'est passé. On ne voit pas, quand on est dans les voitures comme nous à la télévision quand on commente, on ne voit pas exactement où sont tous les coureurs. On voit les 30 premiers, les 50 derniers. Là je pense qu'on a tenté, après on fait les comptes, et les comptes ont été vite fait dans le final", continue-t-il.

Une erreur de débutant pour Thibaut Pinot et les autres favoris piégés ? "On avait trouvé l'équipe Groupama-FDJ très bien, en patronne de ce Tour de France, avec Thibaut Pinot qui était, pour moi, très bien physiquement et mentalement. Là, c'est peut-être un manque d'expérience à ce niveau de la course dans le Tour de France. On sait qu'on n'est pas au Giro, on n'est pas à la Vuelta, c'est complètement différent. Les adversaires en ont profité, ils ont tenté et ils ont réussi", conclut-il.

Jean-François Bernard, consultant de franceinfo sur le Tour de France.
Jean-François Bernard, consultant de franceinfo sur le Tour de France. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)