Tour de France : le Colombien Nairo Quintana assure être un coureur "propre"

Au centre d'une enquête pour des soupçons de dopage, le coureur colombien se défend de toute pratique interdite. Les gardes à vue de deux membres de son équipe ont été levées mercredi matin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le coureur Nairo Quintana, le 13 septembre 2020 sur le Tour de France, au col du Grand Colombier (Ain). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Il est sorti de son silence. Le Colombien Nairo Quintana a assuré, mardi 22 septembre, être un coureur "propre" après l'ouverture d'une enquête pour des soupçons de dopage pendant le Tour de France 2020 au sein de son équipe Arkéa-Samsic. "Je veux dire qu'aucune substance dopante n'a jamais été retrouvée. (...) Je n'ai rien à cacher et n'ai jamais rien eu à cacher. (...) J'ai été pendant toute ma vie sportive un coureur propre", a déclaré le cycliste dans un communiqué. Cette déclaration intervient quelques heures avant la levée des gardes à vue d'un médecin et d'un kinésithérapeute de l'équipe Arkéa-Samsic, qui ont été laissés libres.

"Une méthode pouvant être qualifiée de dopante"

Des coureurs, qui ne sont pas nommés par la procureure, ont également été entendus. Ils sont soupçonnés d'avoir détenu "sans justification médicale" une "substance ou méthode interdite" pouvant avoir servi de dopage dans le cadre du Tour de France. Les deux membres de l'équipe médicale, quant à eux, étaient en garde à vue depuis lundi en fin de matinée notamment pour "administration et prescription à un sportif, sans justification médicale, de substance ou méthode interdite dans le cadre d'une manifestation sportive".

La magistrate avait annoncé lundi l'ouverture d'une enquête préliminaire, évoquant notamment la découverte "de nombreux produits de santé dont des médicaments dans leurs affaires personnelles, mais également et surtout une méthode pouvant être qualifiée de dopante". Cette affaire est la première notable depuis plusieurs années sur le Tour de France après de longues années marquées par des descentes de police, pendant l'épreuve, depuis l'affaire Festina en 1998.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.