Tour de France 2020 : une enquête préliminaire ouverte pour des soupçons de dopage, deux personnes en garde à vue

C'est le parquet de Marseille qui annonce l'ouverture de cette procédure. Selon nos informations, une perquisition avait visé le coureur Nairo Quintana mercredi, sans que l'on sache si elle est liée à cette enquête.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Plusieurs coureurs du Tour de France sur les pentes du col de la Madeleine, lors de la 17e étape entre Grenoble (Isère) et Méribel (Savoie), le 16 septembre 2020. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

L'édition 2020 de la Grande Boucle, à peine achevée, va-t-elle être ternie par une affaire de dopage ? Le parquet de Marseille a confirmé à franceinfo, lundi 21 septembre, qu'une enquête préliminaire avait été ouverte pour des soupçons de dopage sur le Tour de France.

Deux gardes à vue de personnes issues de "l’environnement proche du coureur principal" étaient en cours lundi soir, a-t-il ajouté. Selon une source proche de l'enquête, il s’agit d’un médecin et d’un kinésithérapeute, entendus à Arcueil (Val-de-Marne) dans les locaux de l'Office centrale de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique.

La procureure de Marseille, Dominique Laurens, a évoqué auprès de l'AFP "la découverte de nombreux produits de santé dont des médicaments dans leurs affaires personnelles, mais également et surtout une méthode pouvant être qualifiée de dopante", ajoutant que "tout cela [devait] être travaillé". Elle n'a pas nommé les personnes visées ni l'équipe à laquelle ils appartiennent.

Une perquisition a visé Nairo Quintana

Selon nos informations, une perquisition avait été menée mercredi aux Allues (Savoie), ciblant Nairo Quintana, le coureur colombien de l'équipe française Arkea-Samsic. 

Le manager de cette équipe, Emmanuel Hubert, a confirmé cette perquisition, mais assure dans un communiqué à la presse qu'elle "n'a concerné qu'un nombre très limité de coureurs, ainsi que leur entourage proche, non salarié de l'équipe", qui n'est elle-même "pas mise en cause". Si l'enquête confirmait l'existence de dopage par les coureurs visés, "l'équipe se désolidariserait immédiatement de tels actes et prendrait sans attendre les mesures qui s'imposent", assure-t-il.

Leader de l'équipe Arkéa-Samsic, Nairo Quintana a terminé l'épreuve à la 17e place, à plus d'une heure du vainqueur, le Slovène Tadej Pogacar. Dans la même équipe, le Français Warren Barguil a quant à lui fini à la 14e place, à 31 minutes de Pogacar.

L'Union cycliste internationale "salue et soutient l'action de toutes les autorités impliquées dans cette opération et prendra les mesures qui s'imposent une fois qu'elle aura pris connaissance des éléments obtenus par les autorités judiciaires françaises", a-t-elle commenté dans la soirée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.