Tour de France : l'Espagnol Joaquim Rodriguez remporte la 12e étape

Le peloton s'attaque, jeudi, à la troisième et dernière étape pyrénéenne de la Grande Boucle. L'occasion de briller pour certains favoris qui ont été balayés ces derniers jours par les performances du maillot jaune Chris Froome.

L\'Autrichien Georg Preidler en pleine ascension le 16 juillet 2015  sur la 12e étape du Tour de France.
L'Autrichien Georg Preidler en pleine ascension le 16 juillet 2015  sur la 12e étape du Tour de France. (JEFF PACHOUD / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'Espagnol Joaquim Rodriguez a remporté la 12e étape du Tour de France, entre Lannemezan et le Plateau de Beille, jeudi 16 juillet. C'est la deuxième victoire d'étape sur ce Tour pour le coureur de l'équipe Katusha. Le Français Romain Bardet termine à la 3e place. Christopher Froome conserve le maillot jaune. L'étape, très vallonée et disputée sous des trombes d'eau, est la dernière de ce Tour de France 2015 dans les Pyrénées.

Un bon de sortie pour les lâchés ? De nombreux favoris sont lâchés dans les profondeurs du classement général. S'il retrouve ses jambes (c'est assez hypothétique), Thibaut Pinot, à 40 minutes de Chris Froome, peut avoir un bon de sortie. Le coureur polonais Rafal Majka pointait à la 104e place du général avant son échappée victorieuse, mercredi, la première du Tour.

Le classement général semble figé. Personne n'a pu déborder Chris Froome, flanqué de ses équipiers Richie Porte et Geraint Thomas dans la deuxième étape pyrénéenne. Pas sûr que les rescapés du Top 10 soient suffisamment en forme pour tenter leur chance. Il reste encore les Alpes en troisième semaine pour tenter d'inverser la tendance.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TOURDEFRANCE

18h53 : Chris Froome juge "culottés" les commentaires des consultants à la télévision française, les anciens maillots jaunes Laurent Jalabert et Cédric Vasseur, qui ont émis des réserves sur sa performance à la Pierre Saint-Martin, mardi.

18h57 : "C'est un moment d'émotion", souffle Laurent Jalabert. Le peloton du Tour de France est passé devant la stèle Fabio Casartelli lors de la 12e étape. Le monument rend hommage au coureur italien victime, le 19 juillet 1995, d'un accident mortel dans la pente du Portet d'Aspet (Pyrénées).

(FRANCE 3)

18h21 : Lance Armstrong, vainqueur déchu de ses sept maillots jaunes pour dopage, est de retour. Il a couru la 13e étape entre Muret (Haute-Garonne) et Rodez (Aveyron), un jour avant, dans le cadre d'une campagne de lutte contre le cancer. Une présence qui fait grincer des dents, comme le montre ce reportage de France 3.

(FRANCE 3)

17h42 : Joaquim Rodriguez s'est offert une victoire en solitaire lors de la 12e étape du Tour de France entre Lannemezan et le plateau de Beille. L'Espagnol s'est imposé dans des conditions difficiles, sous la pluie et la grêle. Voici les images de son arrivée.



17h43 : Et maintenant, place au classement général, avec Christopher Froome, Tejay Van Garderen (+2'52") et Nairo Quintana (+3'09") dans le trio de tête. Tony Gallopin, 8e, est le seul Français présent dans le top 10.

17h14 : Les principaux favoris se sont neutralisés, dans cette ascension qui clôt la séquence pyrénéenne. Christopher Froome n'a pas perdu la moindre seconde sur ses principaux rivaux. Dommage pour le suspense. Voici le classement des dix premiers.


17h14 : Le Français Romain Bardet a terminé troisième de l'étape. Malheureusement, il pointait ce matin à 22 minutes, au classement général. Son équipe est tout de même satisfaite, après le virus qui a paralysé le coureur pendant deux jours.

17h03 : Enorme victoire pour Joaquim Rodriguez, dans des conditions difficiles. L'Espagnol avait déjà remporté la 3e étape au mur de Huy. Si vous voulez connaître l'origine de son surnom "Purito" (Petit cigare), mesurez-vous à notre quiz.



FRANCETV SPORT

16h59 : L'Espagnol Joaquim Rodriguez remporte la 12e étape au plateau de Beille, sa deuxième dans cette édition du Tour de France.

16h55 : Christopher Froome passe à l'attaque ! L'actuel maillot tente d'enfoncer encore le clou au classement général, au risque d'être coupé de ses coéquipiers. Alejandro Valverde tente un contre, mais c'est raté. Pour le moment, beaucoup d'escarmouches, mais peu de résultats.

16h50 : Vincenzo Nibali n'arrive pas à creuser l'écart sur Christopher Froome. L'Italien est rentré dans le rang, lui qui compte 7'47" de retard au classement général. Nairo Quintana tente à son tour de partir, mais c'est un nouveau pétard mouillé. Christopher Froome gère tranquillement la situation.

16h42 : Attaque d'Alberto Contador ! L'Espagnol tente de creuser l'écart, mais en vain. Dans la foulée, l'Italien Vincenzo Nibali tente un contre. Enfin de l'action au classement général.

16h39 : Joaquim Rodriguez plante Michal Kwiatkowski et s'envole en tête. "Purito" semble bien parti pour remporter une deuxième étape dans cette édition du Tour, car Romain Bardet n'arrive pas à le suivre.



FRANCETV SPORT

16h35 : L'étape est en train de se jouer. Le Polonais Kwiatkowski, désormais à la peine, est en passe d'être rejoint par Rodriguez, Fuglsang et le Français Bardet, qui pointent à moins d'une quarantaine de secondes. Ce dernier semble toutefois dans le dur. Dans le groupe maillot jaune, à 9 minutes de là, le Français Tony Gallopin est décroché, à la grande déception d'un observateur.

16h23 : Ils attendent encore le dernier kilomètre pour attaquer Christopher Froome ?

16h23 : Quel ennui cette "grande étape pyrénéenne"! Quel manque de panache! Elle est où l'époque des attaquants, des "enragés" de la pédale ! Les Sky en promenade de santé...navrant le cyclisme moderne !

16h31 : L'étape semblait taillée pour Quintana, Contador ou Nibali. Mais pour le moment, on attend toujours.

16h20 : Réponse : vrai coup de mou. Sep Vanmarcke est désormais lâché et Michal Kwiatkowski va devoir affronter seul les 13 derniers kilomètres d'ascension.

16h16 : Sep Vanmarcke et Michal KwiatkowskI sont en plein effort, et ça tient toujours. Bluff ou vrai coup de mou ? Le premier ne prend plus beaucoup de relais. Derrière, les huit poursuivants sont toujours à distance, avec 1'45" de retard.

16h11 : Aucun favori ne semble vouloir embêter Christopher Froome, pour le moment. Forcément, quelques commentateurs sont un peu désabusés.

16h09 : L'ascension du plateau de Beille débute pour les hommes de tête. Petit aperçu des festivités, avec 15,8 km d'ascension à 7,9%.

15h59 : Avec 1'30" d'avance, Sep Vanmarcke et Michal Kwiatkowski résistent encore et toujours au retour du groupe de huit coureurs, parmi lesquels Romain Bardet. Autant dire que les poursuivants sont plutôt désorganisés. L'ascension finale débute maintenant dans 7 kilomètres, dans des conditions qui s'annoncent difficiles.




FRANCETVSPORT

15h50 : Les coureurs devraient peut-être patienter un peu avant d'arriver au sommet du plateau de Beille. Juste comme ça, hein.

15h39 : C'est parti pour la descente du Port de Lers, assez technique, sur des routes étroites et parfois humides. Histoire de corser encore les choses, le temps est dantesque à l'arrivée. Un orage éclate en ce moment même, alors que l'arrivée est estimée peu avant 17 heures.



FRANCETV SPORT

15h41 : Sept coureurs vont rejoindre les deux hommes de tête dans quelques secondes, dont les Français d'AG2R Mckael Chérel et Romain Bardet, qui ont une belle à carte à jouer. Tout ce petit monde compte 10'30" d'avance sur le peloton, à 50 km de l'arrivée. Dan Martin, deuxième de l'étape hier, et le Français Jean-Christophe Péraud sont lâchés.

15h23 : Excellente nouvelle. Plusieurs sources confirment la présence du légendaire "El Diablo" dans l'ascension du Plateau de Beille. A tout à l'heure, donc.

15h18 : Les autres favoris restent sagement dans le peloton, bloqués dans la roue des équipiers Sky du maillot jaune, Christopher Froome. Pour le moment, ce dernier n'est pas inquiété. Dommage. En tête de la course, Preidler est lâché dans l'ascension du Port de Lers. Restent Vanmarcke et Kwiatkowski. Le Français Romain Bardet est en plein effort pour les rejoindre.

14h55 : Abandon de l'Australien Zak Dempster, victime d'une infection. Son équipe Bora-Argon 18 vient de l'annoncer sur Twitter.

14h53 : Bonjour Paul 13 ans de l'Ariège Je tenais à vous dire qu'on prononce la commune de "Seix" comme sex en anglais. Aujourd'hui mon grand père fête ses 70 ans, il ne loupe aucune étape car il est un grand fan du tour de France et je tenais que vous le disiez en direct Merci Paul

14h52 : C'est parti pour l'ascension du Port de Lers, un col de première catégorie. Au total, 12,9 km de pur plaisir à 6% de moyenne. Loin derrière, l'équipe Sky verrouille le peloton. Profitons de l'occasion pour fêter un très bon anniversaire au grand-père de Polo, qui nous envoie un message.


14h47 : Trois hommes se sont échappés du groupe d'échappée. A 70 km de l'arrivée, Preidler (TGA), van Marke (TLJ), and Kwiatkowski (ETS) comptent désormais plus d'une minute sur les 18 autres coureurs de tête.

14h45 : @anonyme Cette année, tous les coureurs du Tour sont équipés d'un capteur GPS, qui consigne leur vitesse et leur position en temps réel. Avec ce dispositif, une puce fournit le positionnement et la vitesse de chaque coureur en temps réel. Voici nos explications.

14h45 : A quoi servent les appendices que l'on voit a l'arrière des selles des coureurs du Tour de France ?

14h39 : De nombreux observateurs du Tour nourrissent des soupçons sur les performances des cyclistes, en se basant sur leur puissance exprimée en watts. Notre expert vélo, Fabien Magnenou, vous explique de quoi il retourne.

(JEFF PACHOUD / AFP)

14h38 : Au total, 21 hommes sont en tête, avec plus de 10' d'avance sur le groupe du maillot jaune à 73 km de l'arrivée. L'écart devient sérieux, avant les deux dernières difficultés du jour, le Port de Lers et le plateau de Beille.

14h26 : "A vélo, je ne fais pas de sorties en plaine. Je m'ennuie sur le plat, il faut que ça grimpe. Je monte assis sur ma selle, en force, alors que je préfère les coureurs qui grimpent en danseuse, comme Contador. Quand je suis en vacances dans le Haut-Var, tous les matins, je fais 60 kilomètres et je franchis deux ou trois cols. J'aime les paysages, mes vélos, le bruit du boyau sur la route."

On sait Nicolas Sarkozy passionné de vélo. A l'occasion de la Grande Boucle, l'ex-président se confie sur son amour pour la petite reine dans une interview au Parisien.