Cet article date de plus d'un an.

Mort de George Floyd : Yannick Noah regrette "le silence" des sportifs blancs

Invité sur France 2 ce dimanche, Yannick Noah a expliqué pourquoi il considérait "le silence" des sportifs blancs gênant par rapport au mouvement de contestation mondiale contre les discriminations après le meurtre de George Floyd par un policier américain. Comme le pilote de Formule 1 Lewis Hamilton et le footballeur Jérôme Boateng avant lui, le dernier vainqueur français de Roland-Garros soutient que les sportifs blancs doivent prendre conscience de l'importance de prendre position en ce moment face aux discriminations.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (XAVIER LEOTY / AFP)

Yannick Noah, dernier vainqueur français de Roland-Garros, a regretté dimanche "le silence" des sportifs blancs, après la mort de George Floyd aux États-Unis qui a déclenché des manifestations à travers le monde pour protester contre les discriminations à l'encontre des Américains noirs. "C'est bien que les jeunes s'en occupent mais moi ce qui me gêne c'est que ce sont tous des métis ou des noirs", a déclaré sur la chaîne de télévision France 2 l'ancien champion de tennis, interrogé sur les prises de position de ses compatriotes sportifs Gaël Monfils, Kylian Mbappé ou Jo-Wilfried Tsonga sur ce sujet.

"C'est une injustice qui devrait sensibiliser tout le monde"

"Pourquoi ? C'est une injustice qui devrait sensibiliser tout le monde", a-t-il ajouté. "Il y a eu des fois des affaires plus ou moins étouffées. Je suis certains que les policiers en général font très bien leur travail, mais les brebis galeuses des fois on les a un peu soutenues". Relancé sur la nécessité que "des sportifs blancs" s'engagent sur la question, l'ancien joueur de tennis reconverti dans la chanson a répondu : "Oui, parce que leur silence me gêne, ça va plus loin que ça".

"Ce qui me rassure en tant que métis, c'est que assez rapidement on parle d'injustice, a-t-il cependant ajouté. Oui, c'est un noir, ça arrive depuis toujours, mais là tout d'un coup, il y a aussi les jeunes blancs, une jeune génération qui réalise qu'il s'agit de leur avenir à eux, ils ne veulent pas vivre dans ce monde-là." Noah, vainqueur de Roland-Garros en 1983 et qui vient de fêter ses 60 ans, avait déjà publié la semaine dernière une photo de lui sur son compte Instagram, vêtu d'un t-shirt blanc où l'on pouvait lire "I can't breathe, #JusticeForGeorgeFloyd". Dans la vidéo de l'arrestation à l'issue de laquelle il est mort, on entend George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, répéter "I can't breathe (je ne peux pas respirer)" pendant qu'un policier le plaque au sol en gardant pendant de longues minutes son genou sur son cou.

Dans le sillage de Hamilton et Boateng

Avant Noah, le sextuple champion du monde britannique de F1 Lewis Hamilton avait regretté le "silence" des "plus grandes stars" de son sport "dominé par les blancs" et le champion du monde allemand 2014 de football Jérôme Boateng avait jugé "souhaitable" que plus de sportifs blancs célèbres "utilisent leur notoriété" pour lutter contre le racisme.

Ce drame survenu le 25 mai à Minneapolis a suscité une vague d'indignation dans le monde du sport, aux États-Unis mais aussi dans le reste du monde. En Bundesliga, ce week-end, plusieurs clubs ont posé un genou au sol avant leurs matches, dans le sillage du Français de Mönchengladbach Marcus Thuram qui avait repris la semaine dernière le geste popularisé par le joueur de NFL (Ligue de football américain) Colin Kaepernick en 2016 pour protester contre les violences policières faites aux Noirs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yannick Noah

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.