Cet article date de plus de trois ans.

Wimbledon : Nouvelles règles pour lutter contre les abandons

Les organisateurs de Wimbledon ont introduit de nouvelles règles pour l'édition 2018 (2 au 15 juillet) visant à réduire le nombre d'abandons au premier tour, ont-ils annoncé mardi. Le All England Club a introduit la règle du "50/50" afin d'éviter de revivre les désagréments de l'édition 2017, marquée par sept abandons en cours de match lors du premier tour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Jusqu'à l'édition 2017, un joueur devait prendre part au premier tour pour toucher sa récompense. Et certains s'étaient présentés sur le court, amoindris par les blessures, pour ensuite rapidement jeter l'éponge. Les compétiteurs blessés pourront désormais réclamer 50% de la récompense (augmentée à 44.000 euros) s'ils se retirent au plus tard le jeudi précédant le premier tour. Les 50% restants seront alors reversés à son remplaçant.

Une amende égale au "prize money"

Afin que cette règle ne soit pas détournée, le tournoi a par ailleurs prévenu que quiconque "abandonnerait ou fournirait une performance en deçà des normes professionnelles" au premier tour pourrait désormais se voir infliger une amende de la hauteur de son "prize money" initial. Wimbledon a en revanche rejeté l'idée d'introduire un "shot clock", le compte à rebours pour le service entre chaque point. Les patrons du Grand Chelem londonien ont aussi confirmé que les compétiteurs ne pourraient toujours pas recevoir de consignes de la part de leur entraîneur pendant les matches.

"Le tennis est un sport de gladiateur, vous êtes seul. Nous ne sommes pas du tout d'accord avec ça", a déclaré le directeur du tournoi Richard Lewis en conférence de presse. Par ailleurs, le "prize money" total du tournoi sera de 34 millions de livres (38,6 M EUR) en 2018. Les vainqueurs toucheront quasiment la même somme qu'en 2017, soit 2,55 millions d'euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.