Wimbledon : imbroglio autour d'un potentiel forfait d'Andy Murray, opéré du dos

L'Écossais, ancien numéro un mondial, a été opéré d'un kyste à la colonne vertébrale. L'ATP a annoncé son forfait, dimanche, pour Wimbledon, avant de faire machine arrière.
Article rédigé par Loris Belin
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le tennisman écossais Andy Murray durant son match du tournoi du Queen's contre l'Australien Jordan Thompson, le 19 juin 2024. (BEN STANSALL / AFP)

Reverra-t-on un jour Andy Murray à Wimbledon ? Double vainqueur sur le gazon londonien (2013 et 2016), le joueur de 37 ans vient d'être opéré d'un kyste à la colonne vertébrale, qui l'avait contraint à abandonner lors du tournoi du Queen's le 19 juin. Il pourrait être absent a priori six semaines des courts. L'ATP avait annoncé son forfait pour le Wimbledon sur le réseau social X (ex-Twitter), avant de supprimer le tweet. 

Plus tard dans la journée, Leon Smith, le capitaine de l'équipe de Grande-Bretagne de Coupe Davis déclarait sur la BBC : "Il a subi une opération hier (samedi), il faut attendre pour voir ce qu'il en est. Je crois savoir qu'aucune décision n'a été prise et j'espère que tout ira pour le mieux pour Andy." Selon les informations du média britannique The Guardian, une décision sur sa participation ou non à Wimbledon, sera prise plus tard dans la semaine. Andy Murray avait estimé le 28 février qu'il ne jouerait "probablement plus après cet été" avec Wimbledon et les JO en ligne de mire. Deux événements qu'il pourrait donc manquer, bouleversant ses plans de retraite.

Un énième problème physique

Andy Murray voit sa fin de carrière plombée par les pépins physiques, entre pose d'une prothèse à la hanche pour continuer à jouer et douleurs chroniques. En 2019 déjà, "Sir" Andy avait annoncé après l'Open d'Australie que sa carrière n'irait pas beaucoup plus loin que cette saison-là. "Je ne suis pas sûr de pouvoir jouer avec la douleur quatre ou cinq mois de plus", avait-il lâché en sanglots évoquant déjà Wimbledon comme possible moment de dire au revoir.

Triple vainqueur en Grand Chelem, double champion olympique en 2012 et 2016, Andy Murray a été numéro un mondial pendant quarante-et-une semaines en 2016 et 2017. Son absence pourrait marquer un peu plus la fin de l'ère du "Big Four" du tennis masculin. Rafael Nadal a déjà annoncé qu'il ne serait pas de la partie sur le gazon londonien, Novak Djokovic est toujours incertain : il faut remonter à 1998 pour assister à une édition de Wimbledon sans l'Ecossais, le Serbe, l'Espagnol ou le Suisse Roger Federer à l'affiche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.