Wimbledon 2021 : Cornet et Burel sans pitié, Swiatek, Muguruza et Sabalenka au troisième tour... Ce qu'il faut retenir de la troisième journée du tournoi féminin

Les Françaises Alizé Cornet et Clara Burel se sont brillamment imposées, mercredi, pour leur premier tour à Wimbledon. Même scénario pour les deuxièmes tours de Swiatek et Muguruza, plus difficile pour Sabalenka.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La Française Alizé Cornet lors du deuxième tour de Wimbledon, mercredi 30 juin 2021. (AELTC/SIMON BRUTY / AFP)

Après le zéro pointé des Françaises lors des deux premières journées, Alizé Cornet et Clara Burel ont amené une petite éclaircie bleue dans le ciel gris de Wimbledon, mercredi 30 juin. Du côté des favorites pas de surprise, les principales têtes de série se sont toutes qualifiées sans véritablement trembler, à l'exception d'Aryna Sabalenka.

Cornet fait encore craquer Andreescu

Après une victoire à Berlin contre la même Bianca Andreescu (7e joueuse mondiale) il y a deux semaines, la Française Alizé Cornet a réédité sa performance au premier tour de Wimbledon en deux sets secs (6-2, 6-1) et 1h23 de match. Mieux entrée dans la rencontre, elle a rapidement fait la course en tête dans la première manche, avec deux breaks consécutifs sur deux jeux de service de la Canadienne, tête de série numéro 5 du tournoi.

Une entame idéale pour la trentenaire et désormais 58e joueuse mondiale. Elle a ensuite poursuivi ses efforts pour pousser Bianca Andreescu dans ses retranchements, avec 34 fautes directes contre seulement 7 pour la Niçoise. À 31 ans, Cornet semble renaître sur le gazon après une première partie de saison marquée par six éliminations au premier tour en seize tournois disputés. Elle affrontera l'Australienne Ajla Tomljanovic (75e) dans un deuxième tour abordable.

Clara Burel, jour de première à Wimbledon

Sortie des qualifications, la Française Clara Burel (20 ans, 143e) s'est qualifiée brillamment pour le deuxième tour suite à sa victoire sans appel face à l'Australienne Ellen Perez (235e) en deux manches et une heure de jeu tout juste (6-2, 6-2). Après la rencontre, elle a déclaré : "Mon jeu s'adapte bien à la surface. J'aime bien faire quelques chips, monter au filet et ça m'aide beaucoup au service où j'ai souvent quelques difficultés. Sur gazon, je me pose beaucoup moins de questions..."

Avec 78% de points gagnés sur son premier service, Clara Burel a aussi été très solide de l'autre côté du filet en breakant à quatre reprises et en profitant des 29 fautes directes de son adversaire. Un premier succès en carrière à Wimbledon pour la première participation de la Rennaise dans le tournoi principal. 

Swiatek et Muguruza déroulent

Opposées respectivement à Vera Zvonareva et Lesley Kerkhove, les deux joueuses du top 15 n'ont pas éprouvé de réelles difficultés pour se sortir de leur deuxième tour. La Polonaise Iga Swiatek (9e) n'a perdu son service qu'à une seule reprise face à la Russe de 36 ans, ex-numéro 2 mondiale, pour s'imposer en toute facilité (6-1, 6-3, en 1h00).

Même scénario pour l'Espagnole Garbiñe Muguruza (12e) qui a rapidement décroché Kerkhove (174e) dans la première manche, avant de se faire une petite frayeur avec un break concédé à 4-2 dans la deuxième. La lauréate de l'édition 2017 a alors enchaîné quatre jeux consécutifs pour l'emporter (6-1, 6-4).   

Sabalenka en briseuse de rêve 

Face à la locale Katie Boulter (219e), Aryna Sabalenka, tête de série numéro 2 du tournoi, a mis plus d'un set à se mettre dans le rythme (4-6, 6-3, 6-3). Après la perte de la première manche, la Biélorusse a fait ce qu'elle sait faire de mieux : jouer sur sa puissance physique pour casser tous les espoirs de la Britannique. À coups de frappes ravageuses en coup droit et de services fulgurants, elle s'est remise dans la rencontre après un break à 4-2, dans le deuxième set.

Un premier tournant puisque Sabalenka a dû sauver 6 balles de break à 4-3 dans la manche décisive. Une estocade donnée à son adversaire et au public du Centre Court, pour finalement porter le coup de grâce sur sa première balle de match.

Kenin prend la porte en 45 minutes

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas pour l'Américaine Sofia Kenin. Victorieuse de l'Open d'Australie et finaliste de Roland-Garros en 2020, la 6e joueuse mondiale s'est fait sèchement sortir au deuxième tour en en deux manches (6-2, 6-4) et 45 minutes chrono par sa compatriote Madison Brengle (82e). Avec 41 fautes directes, Kenin a arrosé d'erreurs le court n°2, sabordant toute chance de tenir tête à Brengle.

Balayée, la jeune Américaine a égalé un record peu flatteur : celui de la défaite la plus rapide infligée à une joueuse du top 10 à Wimbledon. Elle succède à Jennifer Capriati, vaincue en 2002 par Serena Williams en route vers son premier titre à Londres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.