Cet article date de plus d'un an.

US Open : Antoine Hoang :"J'ai l'impression que mon statut a changé"

Bénéficiaire d'une wild-card, Antoine Hoang, 24 ans, va disputer ce mardi pour la première fois de sa carrière l'US Open. Il s'est confié avant son entrée en lice face à Leonardo Mayer.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.

Dans quel état d'esprit êtes-vous avant votre premier US Open en carrière ? 
Antoine Hoang
: "J'ai l'impression que, inconsciemment, mon statut a changé. Avant je n'étais pas connu. J'étais dans l'ombre et je jouais de mon côté sans que ça ne perturbe personne. Mon troisième tour à Roland-Garros m'a permis de me rapprocher du top 100. J'ai enchaîné durant l'été sur les Challengers pour intégrer l'US Open sans la wild card. Et finalement j'ai reçu un coup de fil de la Fédération qui m'a donné le précieux sésame. J'ai envie de bien faire. Désormais, les gens pensent que je suis capable de passer les tours... et moi aussi".

Qu'attendez-vous de votre premier Majeur à New York ? 
AH
: "J'avais fait des qualifications l'année dernière donc ce n'était clairement pas la même ambiance. Chaque Grand Chelem a son caractère, son charme. Ici c'est le show. À Roland, on sentait plus le poids des traditions. C'est sûr qu'il y a plus d’animations, les spectateurs bougent plus, il y a du bruit. Je m'imprègne de l'ambiance".

Que savez-vous de votre adversaire au premier tour, Leonardo Mayer ? 
AH
: "Je ne le connais pas du tout. C'est un droitier avec un revers à une main, qui peut frapper assez fort et qui n'aime pas jouer sur dur. Il est dans le top 100 depuis longtemps. Ce sera un match intéressant. Le but sera de profiter l'événement pour donner le maximum. Je n'ai pas d'objectif de résultats. Je suis un petit nouveau dans le grand bain. Je veux juste bien gérer le tournoi et tout ce qui se passe autour pour évoluer. "

"Nick Kyrgios fait quelques excès mais j'aime son côté showman !"

Vous pourriez, en cas de victoire, affronter Nick Kyrgios... que pensez-vous du personnage qu'il a créé mais aussi du joueur ?
AH
: "Je n'ai jamais joué Kyrgios. Il est très médiatisé car il sort du cadre mais je pense que ça fait du bien au tennis. Il n'aime pas le monde aseptisé du tennis, très réglementé et respectueux. Alors que les gens ne le sont pas tous au fond. Bon il a fait quelques excès (rires). Notamment à Cincinnati (L'Australien avait feint une pause aux toilettes pour aller casser sa raquette ndlr.). Mais j'aime son côté showman. Il est très talentueux. On n'a pas le même caractère mais j'adore regarder ses matchs et je dois dire que suis fan de lui ! Ce serait excitant si je pouvais le jouer".

Quels sont vos favoris pour la victoire finale à New York ? Les Français ont-ils leur chance ? 
AH
: "Le favori pour l'US Open c'est Djokovic clairement. Je met une pièce sur lui avec une finale contre Nadal même si sur dur il n'y en a pas eu tant que ça non plus des duels entre les deux. Du côté des Bleus, ça m'étonnerait pas que Benoit (Paire) fasse une deuxième semaine ici. Monfils est aussi en forme. Tsonga a moins de bons résultats ces derniers temps donc ça sera plus compliqué. Richard sera aussi à surveiller."

Que vous apporte votre coach Lionel Zimbler depuis trois ans ? 
AH
: "Sa grande force c'est qu'il comprend vite le tempérament du joueur. Il a apporté des modifications à mon jeu sans me brusquer. Je pense que c'est ce qui a marché pour Benoît (Zimbler a coaché Paire entre 2009 et 2016 ndlr.) car je pense qu'il n'est pas "entraînable" par un coach classique. On échange sur tout, il est très à l'écoute. Il m'apporte beaucoup par petites touches. J'aurais du mal à cerner un domaine. C'est un ensemble. Je suis un gros bosseur donc ça aide. J'ai gagné en solidité dans mon jeu mais aussi au niveau mental. Je n'ai pas non plus perdu mes qualités de base qui sont d'attaquer. Maintenant, il faut que je gagne en puissance et en régularité. Tactiquement je dois aussi évoluer pour mieux capter le jeu adverse". 

Quel est votre objectif pour cette fin de saison ? 
AH
: "J'aime bien la saison en indoor. J'ai pas mal de points de à défendre. L'objectif est de valider ma place pour l'Open d'Australie. Je vise le top 50 mais pas tout de suite. Je ne dirais pas non en fin d'année mais c'est trop précoce. J'ai un cap à passer". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers US Open

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.