US Open 2021 : Emma Raducanu est la nouvelle reine de New York après sa victoire en finale face à Leylah Fernandez

La Britannique, tout droit sortie des qualifications, a décroché la victoire, samedi, en finale de l'US Open face à la Canadienne. 

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Britannique Emma Raducanu a remporté la finale de l'US Open face à la Canadienne Leylah Fernandez, samedi 11 septembre 2021. (ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Soir de grande première à New York pour Emma Raducanu. Encore inconnue du grand public il y a quelques mois, la Britannique, issue des qualifications, s'est imposée en deux manches contre son aînée Leylah Fernandez (6-4, 6-3), samedi 11 septembre, pour remporter son premier Majeur en carrière à l'US Open. Une page d'histoire s'est donc ouverte sur le court Arthur-Ashe : elle est désormais la seule joueuse à avoir remporté un Grand Chelem en étant sortie des qualifications. Une trajectoire irréelle pour une 150e joueuse mondiale au classement.

Dans cet affrontement estampillé "Next Gen" entre la Britannique et son aînée canadienne, 73e à la WTA, le duel a longtemps été indécis. Plus entreprenante et solide dans les moments clés, Emma Raducanu a fait le jeu en prenant le contrôle des échanges à plusieurs reprises dans le premier set. Malgré un léger temps faible en début de deuxième manche, la native de Toronto a continué son entreprise de démolition pour s'adjuger le titre sur sa troisième balle de match.

Une finale à l’image de son parcours

Le flegme britannique a de la relève dans l’air. Emma Raducanu a mêlé la sobriété et l’efficacité durant trois semaines en écartant tour à tour des joueuses supérieures à elle en terme de classement. Et même si les deux finalistes s'étaient déjà rencontrées chez les juniors à Wimbledon - avec une anecdotique victoire de Raducanu sur Fernandez en seizièmes de finale en 2018 – les revoir en finale à respectivement 18 et 19 ans semblait tout à fait improbable. Un changement de dimension et une mutation express que la Britannique a déjà validé à la vitesse de l'éclair.

Après avoir breaké d’entrée de jeu sur sa sixième opportunité, Emma Raducanu a ensuite concédé directement son service à Leylah Fernandez pour la quatrième fois du tournoi. Une crispation qui a duré l’espace d’un instant seulement. Au cœur d'une intense bataille de fond de court, les deux joueuses se sont neutralisées à coups de points gagnants (22 pour Raducanu contre 18 pour Fernandez) et d’anticipation. Et à ce jeu-là, la Britannique a pris son temps avant d'enclencher la vitesse supérieure au bon moment à 5-4, puis d'accélerer d'un dernier coup droit long de ligne pour décrocher le premier set.

Délestée d’un poids important, elle a par la suite été breakée dans la foulée et sans pitié par Leylah Fernandez (1-2). Signe d’une forme d’impatience là encore bien vite dissipée pour la Britannique, qui, en enchaînant quatre jeux consécutifs a repris l’avantage (5-2) pour ne plus jamais le lâcher. Sur sa troisième balle de match et un ace extérieur rempli de grâce, Emma Raducanu a porté la plus belle estocade de sa carrière en 1h51 de match : celle d’un premier titre en Grand Chelem pour ce qui est seulement son deuxième après le dernier Wimbledon.

En dix matches à Flushing Meadows et 20 sets consécutifs, l'idée d'un titre qui n'était jusqu'ici qu'un rêve lointain est donc bien devenu réalité. Elle succède par la même occasion à Virgina Wade, dernière vainqueure britannique en Majeur, il y a 44 ans à Wimbledon, et passera dès lundi du 150e au 23e rang mondial, soit un bond sensationnel de 127 places à la WTA. Tout simplement historique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers US Open de tennis 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.