Tennis : la mauvaise vanne de la BBC, l'élégance de Marion Bartoli

La BBC s'est excusée et a admis que son journaliste avait fait une "remarque désobligeante" quand il a évoqué le physique de la jeune femme.

La Française Marion Bartoli au lendemain de sa victoire au tournoi de Wimbledon, à Londres, le 6 juillet 2013.
La Française Marion Bartoli au lendemain de sa victoire au tournoi de Wimbledon, à Londres, le 6 juillet 2013. (CARL COURT / AFP)

Mea culpa. La BBC a dû s'excuser samedi 6 juillet après qu'un des journalistes sportifs vedettes de la radio britannique a tenu des propos sexistes à l'encontre de la joueuse de tennis française Marion Bartoli, victorieuse du tournoi de Wimbledon, déclarant notamment qu'elle n'était pas "un canon".

"Nous admettons que la remarque était désobligeante et nous nous en excusons", a déclaré un porte-parole de la BBC. "Pensez-vous que le père de Bartoli lui a dit quand elle était petite 'Tu ne seras jamais un canon, tu ne seras jamais une Sharapova, donc tu dois t'accrocher et te battre' ?", a demandé John Inverdale à ses auditeurs lors d'une émission de radio samedi, après le succès de la Française en finale de Wimbledon face à l'Allemande Sabine Lisicki. Cette intervention lui a valu un déluge de critiques sur le réseau social Twitter, sous le mot-clé #everydaysexism (sexisme de tous les jours). Comme cette internaute qui déplore le fait qu'"apparement gagner Wimblendon ne suffit plus, il faut aussi être blonde et maigrichonne"

Elle invite le journaliste au bal de Wimbledon 

Bartoli, âgée de 28 ans, a minimisé l'incident et même pris les choses avec le sourire. "Ce n'est pas important. Oui je ne suis pas blonde. C'est un fait. Est-ce que j'ai rêvé de devenir mannequin ? Non, désolé. Mais est-ce que j'ai rêvé de gagner Wimbledon ? Oui. Absolument", a-t-elle réagi. Interrogée dimanche par Le Parisien, la joueuse répond avec fair-play : "Et bien j'invite ce journaliste à venir me voir ce soir au bal en robe et en talons et à mon avis, je pense qu'il peut changer d'avis." 

John Inverdale a expliqué qu'il avait déclaré cela sur le ton de la plaisanterie, ajoutant qu'il était un grand fan de la joueuse qui a remporté sur le gazon londonien son premier tournoi du Grand Chelem."C'est un modèle pour les gens qui n'ont pas vu le jour avec tous les attributs d'athlètes-nés", a-t-il affirmé.