Tennis : le premier tour de la Coupe Davis en Guadeloupe

L'ile des Antilles a été choisie vendredi matin par le bureau fédéral de la Fédération française de tennis. C'est une première, la compétition n'a jamais été organisée dans un département d'outre-mer. Ce choix répond à la demande formulée par Yannick Noah, le capitaine de l'équipe de France.

(Sur terre battue et en extérieur : le premier tour de la Coupe Davis aura lieu en Guadeloupe © Reuters/Eric Gaillard)

La Guadeloupe été choisie pour des raisons climatiques. Yannick Noah et ses joueurs voulaient disputer ce premier tour de Coupe Davis, face au Canada, sur terre battue et en extérieur. Pour des matchs prévus du 4 au 6 mars, l'île des Antilles avait donc un avantage indéniable face aux autres villes candidates comme Albertville ou Rouen.

A l'initiative de Yannick Noah

Les émissaires de la FFT avaient visité cette semaine les installations – le vélodrome Amédée-Détraux (9000 places) à Baie-Mahault, en Guadeloupe, et le stade Pierre-Aliker (16.000 places) à Fort-de-France, en Martinique. "Je suis ravi que ce premier tour se déroule en Guadeloupe. C'est une première historique. Je dis un grand merci à Yannick Noah et aux joueurs qui sont à l'origine de cette initiative" , a déclaré Jean Gachassin, le président de la Fédération française de tennis.

Jean Gachassin : "Il a fallu trancher entre la Martinique et la Guadeloupe"
--'--
--'--

Une préférence à un million d'euros

Ce premier tour de la Coupe Davis marque le retour de Yannick Noah comme capitaine. Et s'il préférait cette surface de terre battue, c'est avant tout parce que le Canadien Milos Raonic, 14e mondial, y est moins à l'aise. Mais cette préférence a un prix : les collectivités locales financeront le surcoût de près d'un million d'euros (500.000 euros pour l'aménagement du stade et autant pour acheminer la terre battue).