Tennis : pas encore prêt physiquement, Rafael Nadal renonce à disputer le tournoi de Monte-Carlo

L'Espagnol de 37 ans a annoncé, jeudi, sur ses réseaux sociaux qu'il était dans l'incapacité de jouer lors du premier Masters 1000 sur terre battue de la saison.
Article rédigé par Anaïs Brosseau
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Rafael Nadal, à la sortie du court après sa défaite face à Jordan Thompson au tournoi de Brisbane (Australie), le 5 janvier 2024. (PATRICK HAMILTON / AFP)

Il faudra encore attendre pour revoir jouer le "taureau de Manacor". Rafael Nadal a annoncé, mardi 4 avril, sur X (anciennement Twitter) déclarer forfait pour le tournoi de Monte-Carlo (Monaco), qui débutera lundi 8 avril. L'Espagnol de 37 ans, qui n'a plus joué depuis le 5 janvier, à Brisbane (Australie), n'a pas précisé un motif précis de blessure.

"Je ne vais pas jouer à Monte-Carlo. Mon corps ne va tout simplement pas me le permettre. Et même si je travaille dur et fais le maximum d'efforts tous les jours avec toute la volonté de jouer et participer de nouveau aux tournois qui ont été très importants pour moi, la vérité est que je ne peux pas jouer aujourd'hui. Vous n'avez pas idée combien il est difficile pour moi de ne pas pouvoir jouer ces événements", a-t-il écrit sur X. En 2023, Rafael Nadal n'avait pu s'aligner que sur deux tournois en raison de ses différentes blessures. En 2022, il avait également fait l'impasse sur Monte-Carlo avant de s'aligner à Madrid et Rome et de gagner Roland-Garros.

"La seule chose que je peux faire est d'accepter la situation et d'essayer de regarder le futur immédiat en gardant l'enthousiasme et le désir de jouer afin de me donner une chance que les choses s'améliorent", a conclu le vainqueur de 14 trophées Porte d'Auteuil. Mi-février, Rafael Nadal avait déclaré que Roland-Garros faisait partie de ses principaux objectifs, tout comme les Jeux olympiques joués sur la terre battue parisienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.