Open d'Australie : Francesca Jones, née avec huit doigts, remporte son premier match de qualifications d'un Grand Chelem

Francesca Jones, jeune anglaise de 20 ans, a remporté ce lundi à Dubaï son premier match de qualifications pour un Grand Chelem - l'Open d'Australie. Une performance d'autant plus remarquable que la 241e joueuse mondiale ne possède que huit doigts.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Britannique Francesca Jones, à Wimbledon en 2018 (JOHN WALTON / MAXPPP)

Elle tient là son tout premier fait d'armes majuscule. Francesca Jones, 20 ans, née avec huit doigts, s'est imposée lundi à Dubaï lors de son premier tour de qualifications pour l'Open d'Australie face à la Roumaine Monica Niculescu (6-3, 6-2). C'est la première fois que la jeune Anglaise parvient à remporter une victoire dans son chemin vers une place dans le tableau final d'un grand Chelem, après deux échecs en 2018 et 2019, aux qualifications de Wimbledon. 

"Les docteurs disaient que je ne deviendrai jamais une joueuse professionnelle"

La 241e joueuse mondiale souffre d'une forme rare de dysplasie ectodermique depuis sa naissance. Elle ne possède ainsi que trois doigts et un pouce à chaque main. Pas de quoi pour autant freiner son talent ni sa carrière professionnelle.

La jeune femme, originaire de Leeds, possède une force mentale à toute épreuve, ce qu'elle confiait avant le début des qualifications à la BBC"Quand, à huit ou neuf ans, on vous dit que vous ne pouvez pas faire certaines choses, beaucoup auraient le cœur brisé, mais j'ai juste encaissé avant de trouver la manière de leur donner tort. Plusieurs docteurs disaient que je ne deviendrai jamais une joueuse professionnelle." En dépit du scepticisme médical, Francesca Jones est acceptée dans la célèbre académie Sanchez Casal de Barcelone à l'âge de 10 ans seulement.

Jouant avec une raquette légère et un petit "grip", elle progresse techniquement mais aussi physiquement, avec beaucoup d'exercices axés sur l'équilibre. "Beaucoup de gens diraient que c'est un désavantage mais je ne suis pas d'accord : j'ai toujours vu ça comme un avantage", précise-t-elle au média britannique. "Ça m'a permis de prendre de l'avance dans beaucoup de domaines. J'ai appris à être indépendante, et j'ai aussi beaucoup appris sur moi et sur la vie. Il y a certaines choses que je dois travailler plus physiquement que les autres joueuses, mais ça ne me dérange pas. Je savais dans quoi je m'engageais, et j'aime les challenges." 

Reste désormais pour Francesca Jones à confirmer en remportant ses deux derniers tours de qualification à Dubaï. Le prochain test aura lieu dès demain mardi face à la Croate Jana Fett.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Open d'Australie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.