Open d'Australie : Benoît Paire remporte son bras de fer contre Grigor Dimitrov et se hisse au troisième tour

Le Français a concédé un set, mais n'a pas lâché face au Bulgare, jeudi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Benoît Paire lors de son deuxième tour à l'Open d'Australie, face au Bulgare Grigor Dimitrov, jeudi 20 janvier. (AARON FRANCIS / AFP)

Il peut sourire. Benoît Paire s'est qualifié pour le troisième tour de l'Open d'Australie, jeudi 20 janvier, au terme d'un combat intense contre le Bulgare Grigor Dimitrov.

Le Français, 56e mondial, a tenu bon et l'a emporté 6-4, 6-4, 6-7 (4-7), 7-6 (7-2), en quelque 3h30 de combat. Après avoir dominé dans les deux premières manches, Paire a perdu le fil, concédant le troisième set au tie-break.

S'il a mené rapidement dans la quatrième manche (3-0) avant de se faire remonter et s'engager dans un nouveau tie-break, le Français a su serrer le jeu au service pour s'imposer, en remportant cinq points d'affilée pour boucler la partie sur sa première balle de match.

Paire, le bon rebond

Malgré une alerte dans le quatrième set avec l'appel à un médecin en raison de crampes à l'estomac, le Français a été solide dans tous les compartiments du jeu. Une belle performance qui lui permet de signer sa septième victoire face à un top 30 en Majeur.

L'Avignonnais a déjà atteint deux fois le troisième tour à Melbourne, en 2014 et 2017, sans toutefois le franchir. L'an dernier, touché psychologiquement par les mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, il a enchaîné quatre défaites au premier tour en Grand Chelem.

Après ce bel exploit, Benoît Paire va devoir se reposer avant d'affronter son prochain adversaire, le Grec Stefanos Tsitsipas. Le quatrième joueur mondial a d'ailleurs laissé quelques plumes jeudi sur le court, bousculé par l'Argentin Sebastian Baez (88e) qui lui a pris un set (7-6 [7-1], 6-7 [5-7], 6-3, 6-4).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Open d'Australie 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.