Masters 1000 de Rome : à bout de nerfs, Benoît Paire éliminé face à Jannik Sinner

Favori, Benoît Paire a laissé filé le match face à Jannik Sinner (6-2, 6-1). Visiblement remonté contre les organisateurs et la programmation du tournoi, le Français a plus fait parler de lui pour son attitude que pour son niveau aujourd'hui.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (CLIVE BRUNSKILL / POOL)

On l’avait quitté sur un imbroglio à l’US Open, on l’a retrouvé plus que jamais remonté sur les courts romains. La reprise de la saison est définitivement bien délicate pour Benoît Paire. Le 24e joueur mondial devait respecter une période d’isolement dans son hôtel après avoir été testé positif à la Covid-19 le 30 août dernier, juste avant le début du Grand Chelem new-yorkais. Mercredi, près de deux semaines après l’épisode du contrôle positif, l’Avignonais était rentré en Europe pour y préparer le tournoi romain sur terre battue.

Moins d’une semaine plus tard, les ennuis ont continué. Après avoir formulé une demande pour jouer son premier tour mardi, il devait se plier à la programmation dès lundi. Une situation qui n'a pas plu au Français, n'hésitant pas à fustiger l'organisation du tournoi par un tweet.

Sinner fait le jeu, Paire fait les fautes

Et puis c'est sur le terrain, que le tricolore a définitivement lâché prise. Face à Jannik Sinner, grand espoir du tennis italien, 81e joueur mondial et invité à disputer son 2e Masters 1000, Benoît Paire a semblé bien loin d’être en état, mentalement, de disputer un match de haut niveau. Rapidement, le protégé de Riccardo Piatti a compris que pour venir à bout de ce Paire-là, pas franchement inspiré, il suffisait de tenir l’échange du fond du court, le Français se chargerait de lui donner les points.

Dans le premier set, le 24e joueur mondial a commis 13 fautes directes, pour seulement 7 coups gagnants, insuffisant pour inquiéter un Jannik Sinner très sérieux. Un manque de concentration qui s'est illustré aussi entre les points. "Comment c’est possible de la mettre à côté du terrain ? C’est pitoyable", a-t-on pu l'entendre crier alors qu’il venait d’offrir le point du 5 jeux à 2 à son adversaire. Sans être flamboyant, bien qu’ayant réussi 12 coups gagnants dont des passing shots de grande classe, Jannik Sinner a empoché sans forcer la première manche (6-2) en 38 minutes de jeu.

Dès le début du deuxième set, Benoît Paire a continué d'adopter la même attitude. Remonté contre son revers, habituelle arme notable de son jeu, il a exaspéré les rares personnes présentes autour du court à commencer par l'arbitre qui a multiplié les avertissements.

Sinner, lui, est resté dans son match et a profité des cadeaux offerts par l'Avignonnais. Breaké rapidement dans le deuxième set et malgré un dernier coup de rein pour essayer de sauver l'honneur, le Français a finalement craqué. Hors de contrôle, il a enchaîné les invectives envers l'arbitre entre chaque point, ou presque. Avant de rendre les armes : 6-1, 6-2. Une piètre sortie. S'il voulait faire parler de lui pour autre chose que son tennis, Benoît Paire a réussi son coup. Au contraire, Jannik Sinner a gagné, à 19 ans seulement, son premier match en Masters 1000. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masters 1000

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.