Coupe Davis : après la finale, le ton est monté entre Français et Suisses

Lors du dîner officiel suivant la finale, les joueurs français s'en sont pris à Stanislas Wawrinka. Ce dernier avait chambré les Bleus en conférence de presse plus tôt dans la journée.

Richard Gasquet salue les joueurs de l\'équipe de Suisse après la finale de la Coupe Davis perdue par la France, le 23 novembre 2014, à Villeneuve-d\'Ascq (Nord).
Richard Gasquet salue les joueurs de l'équipe de Suisse après la finale de la Coupe Davis perdue par la France, le 23 novembre 2014, à Villeneuve-d'Ascq (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

A l'issue de la victoire de Roger Federer face à Richard Gasquet, qui a offert la Coupe Davis à la Suisse, dimanche 23 novembre, les joueurs de l'équipe de France de tennis et leurs homologues helvètes ont échangé poignées de main chaleureuses et même embrassades respectueuses. Mais quelques heures plus tard, le ton était tout autre dans les toilettes de la chambre de commerce et d'industrie de Lille, où se déroulait le dîner officiel de clôture du tournoi. Comme le raconte L'Equipe, dans son édition du mardi 25 novembre, les joueurs français ont pris à partie le Suisse Stan Wawrinka avec des mots peu amicaux.

D'après le quotidien sportif, les Tricolores auraient peu goûté les propos de Wawrinka lors de la conférence de presse qui a suivi la finale. Quelque peu éméché par le champagne bu dans les vestiaires, le tennisman suisse a chambré les Français devant les journalistes : "Ils avaient mis les bouteilles dans le vestiaire des Français, mais ils les ont vite remises dans le vestiaire suisse !", a notamment déclaré Wawrinka, hilare.

Quelques heures plus tard, en marge du dîner officiel, alors qu'il discute dans les toilettes avec le Français Julien Benneteau, Stanislas Wawrinka est interpellé par les quatre autres membres de l'équipe de France, Richard Gasquet en tête. Sans détour, et avec des mots durs, les Tricolores indiquent alors leurs griefs au tennisman helvète. "Il y a eu cinq minutes d'explications homme à homme" confirme Julien Benneteau. Alors que le ton monte, Gaël Monfils, ami personnel de Stan Wawrinka, s'interpose. Finalement, le Suisse finit par s'excuser, selon Julien Benneteau.

Les "frouzes" l'ont mauvaise

Mais l'amitié franco-suisse en reprend un coup quelques minutes plus tard : Arnaud Clément, le capitaine français, prononce un discours à la fin du dîner. Il salue Roger Federer, "classe sur le court et dans les médias", sans prononcer un mot pour l'autre star suisse, Stan Wawrinka.

Quelques heures plus tard, un compte Twitter attribué à Marc Rosset, un ancien joueur de tennis suisse, en remet une couche en publiant trois tweets critiquant l'attitude des Français. "Les frouzes ("Français" en argot romand) ont chambré stan un an et l'ont paye cash ....on etait plus fort et basta ..."

Face au flot de critiques de supporters français, le compte Twitter est fermé mardi, avant que des journalistes suisses affirment qu'il s'agissait en réalité d'un faux. La tension, elle, était bien réelle.