Cet article date de plus d'un an.

Lucas Pouille, toujours blessé au coude droit, déclare forfait pour l'Open d'Australie

Alors que sa fin de saison 2019 a été amputé en raison d'une blessure au coude droit, Lucas Pouille a annoncé ce lundi dans un message publié sur son compte Twitter qu'il serait absent pour le début de l'année 2020. Le Français de 25 ans va rater plusieurs tournois, dont l'Open d'Australie, où il avait atteint les demi-finales l'an dernier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Il ne va pas pouvoir réaliser le même exploit que l'année dernière. Après avoir atteint les demi-finales de l'Open d'Australie en janvier dernier, Lucas Pouille a annoncé ce lundi qu'il ne serait pas de la partie pour l'édition 2020 du tournoi. Blessé depuis début octobre au coude droit, qui l'a empêché de terminer la saison comme il l'a commencé, Pouille n'est pas remis selon l'avis des spécialistes. "Depuis le 9 octobre, nous avons tout mis en place pour être prêts pour le début de l'année. Nous avons suivi tous les protocoles donnés par les médecins mais malheureusement cela n'a pas suffi", a déclaré le Français de 25 ans dans un message publié sur Twitter.

Pouille ne participera donc pas au début de la saison 2020 et loupera plusieurs tournois qui se dérouleront en Australie : la première édition de l'ATP Cup (3-12 janvier), le tournoi d'Adélaïde (13-19 janvier) et donc, l'Open d'Australie (20 janvier-2 février). Un coup dur pour le Français, qui avait atteint les demi-finales l'année dernière, éliminé par Novak Djokovic : "Comme vous pouvez l'imaginer, je suis extrêmement déçu et triste de rater le début de l'année mais la saison est longue, la carrière est longue et maintenant mon objectif est d'être compétitif à 100% le plus rapidement possible, ce qui permettra de revenir plus fort." Le dernier tournoi auquel Pouille a participé est le tournoi de Shanghai, début octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.